Michel:"Il est extrêmement urgent de renforcer le contrôle aux frontières extérieures de l'Europe"

14/09/15 à 18:16 - Mise à jour à 21:30

Source: Belga

"Le gouvernement belge est d'avis qu'il est extrêmement urgent de renforcer le contrôle aux frontières extérieures de l'Europe", a indiqué Charles Michel. Pendant ce temps, les ministres européens sont en réunion de crise, mais sans guère d'espoir d'accord rapide.

Michel:"Il est extrêmement urgent de renforcer le contrôle aux frontières extérieures de l'Europe"

© Belga

L'Allemagne a annoncé qu'elle renforçait dorénavant le contrôle de sa frontière au sud, avec l'Autriche, face aux flux de réfugiés qui arrivent sur son territoire, conformément à la clause de sauvegarde des dispositions Schengen relatives à la libre circulation. L'Allemagne a pris cette décision à la veille d'un Sommet des ministres de l'Intérieur et de l'Asile qui se penche lundi sur l'afflux des migrants qui fuient les zones de guerre du Moyen Orient à destination, pour partie, de l'Europe. Le Premier ministre s'est entretenu de la décision allemande avec ses collègues européens et s'est également concerté en vue de la préparation du Conseil de lundi. M. Michel a indiqué que le gouvernement était "particulièrement vigilant, en état d'alerte" alors qu'un monitoring permanent analyse les flux de demandeurs d'asile. "Il y a une évaluation permanente de la situation aux frontières (belges), en étroite concertation avec les pays voisins", a-t-il dit. "Actuellement, nous ne sommes pas confrontés aux problèmes que rencontre l'Allemagne à sa frontière autrichienne mais si cela devait évoluer, nous prendrions les mesures nécessaires dans le cadre des engagements internationaux", a annoncé le chef du gouvernement. Charles Michel a par ailleurs rappelé que le gouvernement belge soutenait la proposition du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker visant à relocaliser quelque 160.000 candidats à l'asile, moyennant un engagement de l'ensemble des Etats-membres, soit via un mécanisme de solidarité obligatoire, soit via un mécanisme volontaire assorti de contre-parties financières. La Belgique souhaite également une plus grande harmonisation de la politique européenne d'asile. Cette proposition est actuellement discutée au Conseil des ministres européens de l'Intérieur.

En savoir plus sur:

Nos partenaires