Merkel huée à son arrivée à un centre de réfugiés

26/08/15 à 14:44 - Mise à jour à 14:44

Source: Belga

La chancelière Angela Merkel a fait l'objet mercredi de huées de la part de manifestants allemands lors de son arrivée à un centre de réfugiés à Heidenau (Saxe, est), théâtre de heurts orchestrés par l'extrême droite durant le week-end, selon des journalistes de l'AFP.

Merkel huée à son arrivée à un centre de réfugiés

© Reuters

Quelque 200 personnes présentes ont hué la chancelière, en scandant les slogans: "traîtresse" et "nous sommes la meute", en référence à des propos tenus par le vice-chancelier social-démocrate Sigmar Gabriel, premier responsable du gouvernement à s'être rendu à Heidenau après les affrontements entre policiers et extrême droite qui avaient fait plusieurs blessés vendredi et samedi soir. Il avait qualifié lundi ces manifestants de "meute". Sur la route qui jouxte le centre de réfugiés, de nombreux véhicules passaient mercredi en klaxonnant, ont constaté des journalistes de l'AFP alors que selon l'agence allemande DPA, l'extrême droite avait appelé à une telle action sur les réseaux sociaux, pour protester contre la visite de la chancelière. Le groupe de manifestants qui mêlait badauds et militants d'extrême droite de l'autre côté de la route par rapport au centre de réfugiés, était entouré par la police. Il s'en est également pris aux médias, présents en masse pour couvrir le déplacement de la chancelière, utilisant le terme de "Lügenpresse" ("presse mensongère") prisé du mouvement anti-islam Pegida (Mouvement des patriotes européens contre l'islamisation de l'Occident) qui a rassemblé en Saxe jusqu'à 25.000 personnes mi-janvier, lors de manifestations. Au cours de sa visite du centre, fermée à la presse, Mme Merkel devait s'entretenir avec des réfugiés, les personnels en charge de leur aide, et des représentants des forces de l'ordre. Une déclaration à la presse, initialement prévue à 13h15 locales (11h15 GMT) devait clôturer la visite. La chancelière avait condamné lundi les violences "abjectes" des militants d'extrême droite à Heidenau, considérant "tout aussi honteux que (...) même des familles avec enfants les soutiennent".

En savoir plus sur:

Nos partenaires