Marée noire: une "Brigade BP" pour enquêter sur de possibles pots-de-vin

28/07/10 à 17:16 - Mise à jour à 17:16

Source: Le Vif

Des sommes d'argent auraient pu être versées à des organismes chargés de contrôler les normes de sécurité des pétroliers en mer, contre un plus grand laxisme de leur part. Une brigade BP va enquêter sur cette possible corruption.

Marée noire: une "Brigade BP" pour enquêter sur de possibles pots-de-vin

© Reuters

Une équipe d'enquêteurs baptisée "Brigade BP" a été envoyée à la Nouvelle-Orléans pour déterminer si des liens entre BP et des membres des services de régulation du secteur pétrolier ont contribué à provoquer la marée noire, a rapporté mercredi le Washington Post.

L'équipe d'enquêteurs fédéraux comprend notamment des membres de l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) et des garde-côtes, précise le quotidien. Outre le géant britannique, l'enquête vise deux autres entreprises: le propriétaire de la plateforme exploitée par BP, Transocean, ainsi que Halliburton, qui avait terminé de cimenter le puits deux jours avant l'explosion de la plateforme le 20 avril.

Les autorités cherchent à savoir si les membres du service de gestion des ressources minières (MMS) ont été plus accommodants avec ces entreprises en échange d'argent ou autre. L'organisme a été accusé de s'être montré trop laxiste dans l'application des normes de sécurité sur les plateformes en mer et d'être trop proche des sociétés qu'il est censé surveiller. L'enquête vise également à déterminer si de fausses déclarations ont été faites par les trois entreprises, par exemple concernant les résultats de tests concernant des dispositifs clefs de sécurité de la plateforme, ajoute le Washington Post.

L'enquête n'en est qu'à ses débuts. Des dizaines de milliers de documents fournis par ces sociétés doivent être passés au crible. Cette investigation s'ajoute à d'autres déjà lancées par le ministère de la Justice américain et par trois des cinq Etats touchés par la marée noire (Louisiane, Mississippi et Alabama).

LeVif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires