Maldives : le vice-président investi nouveau chef de l'Etat

07/02/12 à 10:39 - Mise à jour à 10:39

Source: Le Vif

Le vice-président de l'archipel des Maldives, Mohamed Waheed, a été investi chef de l'Etat après la démission mardi du président, Mohamed Nasheed, décidée à la suite d'une mutinerie de policiers et de semaines de manifestations d'opposants.

Maldives : le vice-président investi nouveau chef de l'Etat

© Image Globe

"Il a été investi lors d'une cérémonie télévisée au parlement", a déclaré à des journalistes une source officielle au sein du parlement. Mohammed Waheed devrait endosser le rôle de chef d'Etat jusqu'à la fin du mandat du président démissionnaire, en novembre 2013.

Par ailleurs, un chef de l'opposition a déclaré avoir demandé à l'armée d'arrêter Mohamed Nasheed après sa démission comme président de l'archipel à la suite d'une mutinerie de policiers et de manifestations d'opposants. "Nous avons demandé à l'armée de maintenir (Nasheed) en détention provisoire pour qu'il réponde de corruption et de mauvais usage du pouvoir", a déclaré Hassan Saeed, à la tête du parti d'opposition Dhivehi Quamee Party.

Le président des Maldives Mohamed Nasheed a annoncé sa démission ce mardi lors d'une conférence de presse télévisée, après une mutinerie de policiers. "Ce sera mieux pour le pays dans la situation actuelle si je démissionne. Je ne veux pas diriger le pays d'une main de fer. Je démissionne", a-t-il déclaré. Un peu plus tôt dans la journée, des policiers avaient pris la télévision d'Etat. L'armée a cependant démenti qu'un coup d'Etat se soit produit dans l'archipel, elle a déclaré avoir conseillé au président, Mohamed Nasheed, de démissionner.

Des manifestations d'opposition sont organisées depuis trois semaines contre le président Mohamed Nasheed dans cet archipel de l'océan Indien. Les manifestants dénoncent l'arrestation le mois dernier, du président de la Cour d'assises, accusé par le pouvoir de mauvaise conduite et d'avoir favorisé des figures de l'opposition. La cour suprême et le procureur général avaient demandé sa libération, en vain. Une délégation des Nations unie par le sous-secrétaire général, Oscar Fernandez-Taranco, était attendue jeudi dans l'archipel pour négocier une sortie de crise politique.

Plusieurs fois emprisonné lorsqu'il était dans l'opposition, le président des Maldives est arrivé au pouvoir en 2008 pour un mandat de cinq ans. Il est le premier président élu démocratiquement dans cet archipel de 1.200 îles de l'océan Indien. Mais son gouvernement est régulièrement accusé de corruption et de mauvaise gestion financière, des manifestations réprimées avaient déjà éclaté au printemps 2011.

Renommé pour son tourisme haut de gamme, l'archipel des Maldives est peuplé de quelque 330.000 musulmans sunnites, dont beaucoup vivent dans la pauvreté.

Levif.be, avec L'Express.fr et Belga

Nos partenaires