Main basse sur l'art: Tableaux de chasse

19/07/16 à 08:00 - Mise à jour à 09:05

Source: Le Vif/l'express

Si le vol d'oeuvres d'art est une pratique courante, ce n'est pas tous les jours que cinq toiles de maîtres se volatilisent d'un grand musée parisien. Récit d'un casse spectaculaire qui laisse un énorme sentiment de gâchis : les Picasso et consorts auraient fini... dans une poubelle.

Le 20 mai 2010, Paris se réveille avec la gueule de bois. Pendant la nuit, le musée d'art moderne de la Ville de Paris, qui occupe l'aile est du palais de Tokyo, a été délesté de cinq de ses chefs-d'oeuvre. Un Picasso (Le Pigeon aux petits pois), un Fernand Léger (Nature morte, chandeliers), un Georges Braque (L'Olivier près de l'Estaque), un Henri Matisse (La Pastorale) et un Amedeo Modigliani (La Femme à l'éventail) manquent à l'appel du matin.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires