Libye: un charnier découvert dans une prison

29/08/11 à 14:59 - Mise à jour à 14:59

Source: Le Vif

Des villageois libyens ont découvert une cinquantaine de corps carbonisés samedi dans une "prison" attenante à une base militaire proche de Tripoli, selon une journaliste de l'AFP.

Libye: un charnier découvert dans une prison

© EPA

Vision d'horreur dans le quartier de Salahaddin, au sud de Tripoli... Un véritable tapis de squelettes carbonisés recouvre le sol d'un entrepôt servant de prison aux forces du colonel Kadhafi.

Les insurgés et les riverains ont découvert le charnier samedi après la prise d'une base militaire. Cette base était la dernière encore aux mains des forces loyalistes à Tripoli et elle a été prise après un bombardement de l'OTAN et plusieurs heures de combats, selon les rebelles.

La "32ème Brigade" occupait la base attenante à la prison. Sous le commandement de Khamis Kadhafi, l'un des fils de Mouammar Kadhafi, cette unité dite "d'élite" semble responsable de l'exécution sommaire de la cinquantaine de détenus dans l'entrepôt le 23 août, selon Human Rights Watch (HRW).

"Malheureusement, ce n'est pas le premier rapport lugubre concernant ce qui apparaît comme l'exécution sommaire de détenus dans les derniers jours où le régime Kadhafi contrôlait Tripoli", déclare la directrice de Human Rights Watch pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. "Ces meurtres impitoyables ont eu lieu en plein ramadan, et ceux qui les ont commis seront traduits devant la justice et punis", a-t-elle ajouté.

L'entrepôt qui servait de prison a été incendié par la 32ème Brigade, alors que celle-ci prenait la fuite à l'arrivée des rebelles à Tripoli. Selon un survivant qui aurait réussi à s'échapper du massacre, les bourreaux ont lancé des grenades sur les prisonniers. Ils auraient également attendu à l'extérieur et tiré sur les fuyards.

D'après un témoin de la terrible découverte, il s'agit probablement des victimes d'un massacre perpétré mardi. "Le 23 août, avant la rupture du jeûne, nous avons entendu des coups de feu et des gens crier à l'aide, mais il y avait des tireurs embusqués et personne n'a pu s'approcher", explique-t-il.

Am.R. (stg)

En savoir plus sur:

Nos partenaires