Libye : trois missions d'attaque au sol pour les F-16 belges cette semaine

08/04/11 à 12:41 - Mise à jour à 12:41

Source: Le Vif

Les chasseurs-bombardiers F-16 belges engagés dans l'opération "Unified Protector" de l'OTAN en Libye ont conduit cette semaine trois sorties d'attaque au sol qui n'ont causé aucun "dommage collatéral", a indiqué vendredi un haut responsable militaire.

Libye : trois missions d'attaque au sol pour les F-16 belges cette semaine

© BELGA - OLIVIER MATTHYS

Ces appareils, qui opèrent depuis la base d'Araxos (ouest de la Grèce), ont vu leurs missions évoluer en début de semaine, passant de l'attaque d'objectifs "pré-planifiés" à la "recherche et à la neutralisation éventuelle d'objectifs terrestres" visant la population libyenne, conformément au mandat défini par la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU.

A trois reprises cette semaine - le lundi 4 avril, puis deux fois le mercredi 6 -, ils ont fait usage de leur système d'armes sur de telles cibles terrestres, a indiqué le lieutenant-général Michel Singelé, au cours du point de presse hebdomadaire du ministère de la Défense sur les opérations à l'étranger.

Il n'a pas précisé la nature des objectifs visés ni l'armement utilisé. Mais il s'agit plus que probablement de bombes à guidage de précision (laser ou GPS) de 500 livres (225 kilos).

A chaque fois, aucun dommage collatéral n'a été enregistré, a assuré le général Singelé, confirmant que les missions des F-16 belges avaient évolué de l'attaque d'objectifs "pré-planifiés" - et souvent liés à la défense antiaérienne du régime du colonel Mouammar Kadhafi, comme des aérodromes ou des sites de missiles - vers un ciblage plus réactif, à la recherche, lors de patrouilles armées, d'objectifs en vue de leur éventuelle neutralisation.

Le général, qui dirige le service de communication de l'armée (la DG-COM), a confirmé que les F-16 belges ont dû annuler le mardi 5 une attaque en raison du risque de dégâts collatéraux, comme l'avait déjà évoqué le ministre de la Défense, Pieter de Crem, jeudi à la Chambre.

Jeudi, les pilotes ont ainsi effectué deux missions (avec à chaque fois deux avions) à la recherche d'objectifs terrestres, mais "sans engagement du système d'armes", selon l'officier.

Certains jours - comme le jeudi 31 mars, le vendredi 1er et le dimanche 3 avril, les chasseurs belges se sont contentés de missions "défensives" (des patrouilles aériennes armées pour faire respecter l'interdiction de survol décrétée pour les appareils militaires libyens).

Les F-16 belges ont entamé le dimanche 27 mars les opérations offensives depuis Araxos, d'abord dans le cadre d'une coalition internationale, puis depuis jeudi dernier sous le commandement de l'OTAN, qui a pris en charge le commandement de l'ensemble des militaires en Libye.

En Afghanistan, les six F-16 belges basés à Kandahar (sud) et qui opèrent au profit de la force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF), dirigée par l'OTAN, n'ont quant à eux pas fait usage de leur armement au cours de la semaine écoulée, a indiqué un autre-parole.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires