Libye: l'ONU planche sur des sanctions

25/02/11 à 09:21 - Mise à jour à 09:21

Source: Le Vif

Paris et Londres ont proposé au Conseil de sécurité de l'ONU un projet de résolution sur la Libye prévoyant "un embargo total sur les armes", "des sanctions", et une "saisie de la CPI pour crime contre l'humanité", a déclaré la chef de la diplomatie française Michèle Alliot-Marie.

Libye: l'ONU planche sur des sanctions

Le Conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir vendredi à 15h00, heure de New York, (20h00 heure européenne), a rappelé la ministre française à la radio publique France Info. "Il y a un projet franco-britannique dans lequel nous avons demandé que la résolution prévoie un embargo total sur les armes, prévoie d'autre part des sanctions et la saisine de la Cour pénale internationale pour crime contre l'humanité", a déclaré Michèle Alliot-Marie. "La situation est très grave, il faut absolument que la CPI soit aussi saisie, c'est un signal très fort à donner", a-t-elle ajouté, précisant qu'il y avait "plusieurs centaines de morts" mais pas de certitude sur le bilan de la répression de l'insurrection en Libye.

Le mépris de Kadhafi pour la population aux racines de la crise

Le "mépris total" du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi est à l'origine de la révolte populaire en Libye, a estimé vendredi Navi Pillay, Haut commissaire des Nations unies aux droits de l'homme.

"La situation brutale et choquante d'aujourd'hui est le résultat direct du mépris total pour les droits et la liberté des Libyens qui a marqué près de quatre décennies de pouvoir du régime actuel", aexpliqué Mme Pillay.

La Haut commissaire s'était peu auparavant inquiété de l'intensification "alarmante" de la répression contre la révolte populaire en Libye qui aurait fait "des milliers de tués et blessés".

"En violation continuelle des lois internationales, la répression en Libye contre des manifestants pacifiques s'intensifie de manière alarmante", a expliqué Mme Pillay faisant état de "tueries de masse, d'arrestation arbitraire, de détention et tortures de manifestants".

"Selon certaines sources, des milliers de personnes ont peut être été blessées ou tuées", a-t-elle ajouté.

LeVif.be, avec Belga

Nos partenaires