Libye: "Affrontements violents" à l'ouest, au moins 9 morts à Yefren

22/03/11 à 17:51 - Mise à jour à 17:51

Source: Le Vif

Les forces loyales au colonel Mouammar Kadhafi continuent de s'en prendre aux populations civiles au quatrième jour de l'intervention militaire de la coalition en Libye. On compte déjà au moins 9 morts à Yefren.

Libye: "Affrontements violents" à l'ouest, au moins 9 morts à Yefren

© EPA/MANU BRABO

"Je considère qu'en dépit de nos succès jusqu'à aujourd'hui, Kadhafi et ses forces ne se conforment pas à la résolution de l'ONU et continuent d'attaquer les populations civiles libyennes", a déclaré l'amiral Locklear lors d'une conférence de presse depuis le Mount Whitney, navire amiral de la coalition au large de la Libye. Selon lui, les forces du colonel Kadhafi doivent se retirer d'Ajdabiyah, de Misratah et Zawiyah.

L'amiral Locklear a ajouté que les deux membres de l'équipage du F-15 américain tombé dans l'est de la Libye dans la nuit avaient été récupérés par "les forces de la coalition". Le second aviateur avait d'abord été pris en charge par la population libyenne qui l'avait "traité avec dignité et respect", a-t-il dit.

"Affrontements violents" à l'ouest, au moins 9 morts à Yefren
Des "affrontements violents" ont eu lieu lundi et mardi dans la région de Yefren (sud-ouest de Tripoli) entre les rebelles qui contrôlent la région et les forces du régime libyen, faisant au moins 9 morts, ont indiqué à l'AFP des habitants de cette région.

A quelques dizaines de km à l'ouest, les rebelles ont réussi à reprendre une position des forces loyales au dirigeant libyen Mouammar Kadhafi qui pilonnaient depuis plusieurs jours Zenten, selon un témoin.

"Les forces de Kadhafi ont entrepris une offensive meurtrière lundi et mardi dans la région. Les combats ont fait au moins 9 morts à Yefren et beaucoup de blessés", dans cette ville située à 130 km au sud-ouest de Tripoli, a indiqué à l'AFP un habitant.

"Nous nous attendions à ce que la coalition (internationale) empêche les bataillons de Kadhafi d'avancer vers cette région" sous contrôle de la rébellion.

"En l'absence d'une intervention de la coalition, le régime a voulu prendre rapidement le contrôle de la ville en bombardant la région et en perpétrant des massacres notamment à Yefren", empêchant les familles d'évacuer leurs blessés vers la Tunisie dont les frontières sont situées à quelques dizaines de km de cette région.

Il a ajouté que "les tribus amazighes de Jado, Zenten et Yefren se sont unies avec des tribus arabes pour constituer un seul front en vue d'affronter l'offensive de Kadhafi. Mais les forces sont disproportionnées".

Paris clarifie le contrôle politique de l'opération, pas le commandement Par ailleurs, quatre jours après le déclenchement des attaques de la coalition multinationale contre les troupes de Mouammar Kadhafi en Libye, la France a éclairci mardi ce que va être le contrôle politique de cette guerre sans préciser qui sera son commandant en chef, objet de discussions intenses.

"L'intervention militaire peut s'arrêter à tout moment. Il suffit que le
régime de Tripoli se mette en conformité exacte et complète avec les résolutions du Conseil de sécurité, qu'il accepte un cessez-le-feu authentique, qu'il retire ses troupes des endroits où elles ont pénétré", a dit devant l'Assemblée nationale le chef de la diplomatie française, Alain Juppé.

Il faut aussi que "les forces de Kadhafi rentrent dans les casernes
et l'opération militaire s'arrêtera", a-t-il précisé. Pour le contrôle politique de l'opération, menée depuis samedi essentiellement par les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne, le ministre a annoncé la création d'une sorte de groupe de contact.

"Sur l'initiative du président de la République, j'ai proposé à nos collègues britanniques qui en sont d'accord de mettre sur pied une instance de pilotage politique de l'opération qui réunira les ministres des Affaires étrangères des Etats intervenants ainsi que ceux de la Ligue arabe", a dit le ministre.

Côté militaire, aucune précision n'a été donnée sur qui sera le commandant militaire de l'opération. Jusqu'à présent, les forces alliées sont "coordonnées" par les Etats-Unis à partir d'un quartier-général en Allemagne.

Levif.be avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires