Les tuk-tuks envahissent l'Afrique

05/05/16 à 11:53 - Mise à jour à 11:53

Source: Afp

Il s'appelle "bajaj" en Tanzanie et en Ethiopie, "toktok" en Egypte, "raksha" au Soudan, "keke-marwa" au Nigeria: plus sûr que la moto-taxi et bon marché, le tuk-tuk, triporteur motorisé omniprésent en Asie, poursuit son inexorable avancée en Afrique, jusqu'au Liberia où il a débarqué sous le nom de "kekeh".

La moto-taxi, surnommée "deux-pneus", qui régnait autrefois sur les rues congestionnées de la capitale Monrovia ne s'est pas relevée de son interdiction en 2013, justifiée à l'époque par des accidents trop fréquents et une conduite chaotique. Aussi le kekeh, importé d'Inde et de Chine, s'est-il rapidement engouffré dans la brèche, popularisé surtout par des Nigérians et des Guinéens qui emploient de jeunes Libériens.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires