Les Suisses disent non à l'expulsion automatique des criminels étrangers

28/02/16 à 14:07 - Mise à jour à 14:07

Source: Afp

Une majorité des électeurs suisses a dit non dimanche à la proposition controversée de la droite populiste UDC d'expulser automatiquement les criminels étrangers, selon les premières tendances.

La tendance est au rejet de l'initiative, selon les premiers dépouillements cités par l'institut de sondages gfs.bern.

Les premières projections devraient être publiées vers 13H30 (12H30 GMT) et dans le passé elles n'ont jamais contredit les premières tendances, a précisé à l'AFP un responsable de l'institut.

A Genève, les électeurs ont rejeté l'initiative à 63,71%, selon les premiers résultats partiels officiels.

Les résultats définitifs de cette consultation devraient être connus en fin d'après-midi, car les bureaux de vote ont fermé à 12H00 (11H00 GMT).

Le taux de participation devrait être plus élevé que la moyenne habituellement enregistrée en Suisse (un peu plus de 40%), preuve que le sujet a suscité beaucoup d'intérêt.

Fait rare, des files se sont formées dimanche matin devant les bureaux de vote dans plusieurs villes suisses, comme Lausanne, Berne et Bienne.

En 2010, les Suisses avaient accepté, à 52,9%, une initiative de l'Union démocratique du centre (UDC, premier parti suisse) demandant le renvoi des criminels étrangers. Mais le Parlement a introduit en mars dernier une clause permettant aux juges d'éviter l'expulsion automatique des condamnés dans certains cas.

Cette fois, les Helvètes étaient consultés sur une initiative beaucoup plus dure réclamant "le renvoi effectif des criminels étrangers". Cette initiative de "mise en oeuvre" de l'automaticité élargit la liste des motifs d'infraction entraînant l'expulsion.

Elle demande le renvoi automatique de tout étranger ayant déjà été condamné au cours des 10 dernières années, qui serait reconnu coupable d'avoir commis des infractions mineures comme des "lésions corporelles simples" ou d'avoir participé à une rixe.

Le gouvernement et le Parlement ont jugé la proposition de l'UDC contraire aux "règles fondamentales" de la démocratie. Aucun autre parti national, ni les syndicats et milieux économiques, n'a apporté son soutien à l'initiative.

En savoir plus sur:

Nos partenaires