Les proches d'Hollande préparent déjà l'avenir

07/05/12 à 13:11 - Mise à jour à 13:11

Source: Le Vif

La garde rapprochée du nouveau président s'est réunie ce matin pour "faire le point" et "préparer l'avenir". Dans le camp socialiste, on fait également savoir qu'une transition accélérée n'est pas à l'ordre du jour.

Les proches d'Hollande préparent déjà l'avenir

© Image Globe

La fête n'aura duré que quelques heures. Au lendemain de la victoire de François Hollande au second tour de l'élection présidentielle, sa garde rapprochée s'est rassemblée à son QG de campagne, à Paris, pour "préparer l'avenir", avec notamment Pierre Moscovici et Manuel Valls.

"On va faire le point, regarder les résultats et préparer l'avenir", a déclaré le député-maire d'Evry à son arrivée avenue de Ségur dans le VIIe arrondissement de Paris, soulignant: "C'est à François Hollande d'en fixer les principaux points".

Alors qu'on lui demandait s'il allait préparer la passation de pouvoir (qui devrait avoir lieu le 15 mai selon l'Elysée), la répartition des tâches et la constitution des équipes, Manuel Valls a simplement répondu: "On vous le dira dans les heures qui viennent". Une heure plus tôt, c'est Pierre Moscovici qui était arrivé, répétant à plusieurs reprises que le camp du président élu n'était "pas demandeur" d'une transition accélérée.

"Une semaine extrêmement chargée"

"Il n'y a aucune demande de notre part, j'ai lu dans la presse le 11 ou 12 mai, venant de sources diplomatiques que je ne connais pas, c'est totalement fantaisiste", a-t-il dit. D'ici là, les équipes du nouveau président vont "travailler à la constitution d'une équipe, sur les dossiers et à la préparation de déplacements internationaux : c'est une semaine extrêmement chargée", a confié le désormais ex-directeur de campagne de François Hollande.

Le député du Doubs s'est félicité du "coup de fil très rapide, très important, symbolique pour notre démocratie" entre Nicolas Sarkozy et François Hollande, notant : "c'est la continuité de l'Etat". D'après lui, cet appel ne s'inscrivait "pas dans le climat tendu de la campagne", un climat qui "laissera peut-être des traces", notamment pour les législatives.

Interrogé sur le déplacement annoncé de François Hollande à Berlin, Pierre Moscovici a dit qu'il "irait très rapidement après son investiture". D'autres proches étaient présents ce lundi matin au QG : Stéphane Le Foll, responsable de l'organisation de la campagne, ou Delphine Batho, l'une des porte-parole du nouveau président.

Par ailleurs, François Hollande participera demain mardi aux cérémonies commémoratives du 8 mai aux côtés de Nicolas Sarkozy.

Le Vif.be, avec L'Express.fr

Nos partenaires