Les Polonais se rendent aux urnes pour élire leur président

24/05/15 à 09:28 - Mise à jour à 09:25

Source: Belga

Les Polonais ont commencé à voter dimanche au second tour de l'élection présidentielle, dans l'incertitude totale sur le résultat de ce duel opposant le chef de l'Etat sortant de centre droit Bronislaw Komorowski à son rival conservateur et populiste, Andrzej Duda.

Les Polonais se rendent aux urnes pour élire leur président

Bronislaw Komorowski, le président polonais. © AFP

Dans un bureau du centre de Varsovie, l'affluence était relativement plus importante dimanche matin que lors du premier tour. Signe de la prospérité croissante de la Pologne ou du moins de la capitale, sur quatre premiers votants trois sont arrivés à bord de voitures récentes.

"Nous votons Duda", déclare un couple, pressé de rejoindre sa maison de campagne avec sa Peugeot, "pas tellement pour lui, mais plutôt contre Komorowski qu'on voit depuis trop longtemps". Une retraitée élégante, en revanche, a confié voter pour M. Komorowski, "un homme sérieux et solide".

M. Duda, un juriste et eurodéputé de 43 ans, est candidat du parti d'opposition eurosceptique Droit et Justice (PiS) dirigé par Jaroslaw Kaczynski. Le président Komorowski, 62 ans, est soutenu par la formation libérale Plateforme civique (PO), au pouvoir depuis bientôt huit ans.

Après un début de campagne morose que M. Komorowski avait commencé en grand favori avec plus de 60% de soutien, celle-ci a pris un tournant surprenant le 10 mai, lorsque M. Duda l'a devancé de justesse au premier tour, avec 34,76% contre 33,77%. A la veille du second tour, rien n'était décidé, selon les politologues.

"La victoire de l'un ou de l'autre se jouera de justesse, impossible de le prédire sur la foi des sondages", a déclaré samedi à l'AFP Stanislaw Mocek, politologue à l'Académie polonaise des sciences. Selon une dernière enquête publiée par le journal Polska The Times, M. Duda était crédité de 51% des intentions de vote et M. Komorowski de 49%, une différence proche de la marge d'erreur.

Deux autres sondages prédisaient aussi une courte victoire de M. Duda, mais l'institut Millward Brown montrait pour sa part une tendance inverse.

Nos partenaires