Les pays les moins sûrs au monde selon les Nations Unies

07/09/16 à 12:48 - Mise à jour à 12:48

Source: De Morgen

Quels sont les pays les moins sûrs au monde selon les Nations Unies ? En Europe, méfiez-vous particulièrement des Pays-Bas.

Chaque année les Nations Unies sortent leur rapport sur les risques dans le monde: le World Risk Report. Les pays les plus "sûrs" seraient, dans l'ordre, le Qatar, l'Arabie Saoudite et Malte. En Europe, le pays le plus risqué serait celui de nos voisins du nord.

À ce stade, il n'est pas inutile de préciser que pour établir ce classement les Nations Unies se sont basées sur des critères plus écologiques que géopolitiques. En effet, il est ici surtout question des pays qui sont les plus susceptibles d'être détruits par une catastrophe naturelle.

L'un des critères est bien entendu sa situation géographique. Par exemple, ce pays peut-il potentiellement être confronté à un tremblement de terre, un tsunami, une éruption ou encore des inondations ? Mais ce n'est pas le seul. La capacité du pays à réagir à ce genre d'évènement est aussi prise en compte.

C'est pour cela que les îles Vanuatu se retrouvent bonnes dernières. Cet état n'est pas seulement proche d'être submergé, il dispose aussi de très mauvaises infrastructures et de soins médicaux médiocres. Des pays comme le Qatar ou l'Arabie Saoudite s'en sortent par contre très bien. Ils ne risquent pas vraiment d'être touchés par une catastrophe naturelle et ont, en prime, des finances relativement florissantes grâce au pétrole. Cette richesse leur a permis de développer de bonnes infrastructures et des réserves suffisantes.

Cette liste se base donc uniquement sur la fragilité d'un pays face aux catastrophes naturelles. Le terrorisme ou la situation politique n'ont ici aucun impact. Du coup, on arrive au résultat surprenant que la Syrie est dite plus sûre que les Pays-Bas. Ce dernier pays atteint même le top 12 des pays les moins sûrs au monde. Traverser la frontière se fera donc à vos risques et périls.

Le rapport en entier et en anglais est à lire ici.

Nos partenaires