Les Pays-Bas veulent retirer la nationalité des jihadistes

29/08/14 à 17:41 - Mise à jour à 17:41

Le gouvernement néerlandais a annoncé vendredi vouloir retirer leurs passeports aux combattants jihadistes disposant de la double nationalité, même si ceux-ci n'ont pas été au préalable déclarés coupables d'un crime.

Les Pays-Bas veulent retirer la nationalité des jihadistes

© Knack

Cette décision fait partie d'une série de mesures ayant pour but de combattre le mouvement extrémiste, alors que de nombreux Occidentaux partent grossir les rangs de l'Etat islamique (EI) ou d'autres groupes extrémistes en Syrie ou en Irak. Le nombre croissant de combattants occidentaux inquiète les autorités, qui redoutent des attaques terroristes en Europe après le retour des jihadistes.

"La loi va être durcie dans le but de retirer la nationalité néerlandaise aux jihadistes qui ont rejoint un groupe terroriste armé, même sans une condamnation criminelle", a affirmé le gouvernement dans le résumé d'une lettre du ministre de la Justice, Ivo Opstelten. Cette mesure ne pourra néanmoins être prise que contre des personnes disposant d'une double nationalité, car "personne ne peut être laissé apatride", a ajouté le gouvernement.

Beaucoup de musulmans néerlandais issus de l'immigration disposent de la double nationalité, en particulier de nombreux Marocains. "Leur enlever la nationalité néerlandaise, cela signifie que ces gens ne sont plus les bienvenus dans ce pays, qu'ils ne pourront plus revenir", a ajouté M. Opstelten, lors d'une conférence de presse à La Haye, soulignant qu'il allait déposer le texte en fin d'après-midi.

Toute personne qui s'est entraînée "dans un camp jihadiste" ou qui a aidé à recruter des combattants pourra également se voir retirer sa nationalité néerlandaise.

Aux Pays-Bas, environ 130 Néerlandais ont jusqu'à présent quitté le pays pour aller combattre en tant que jihadistes. Selon les chiffres des services secrets néerlandais (AIVD), 30 d'entre eux sont revenus au pays tandis que 14 sont morts sur place.

En savoir plus sur:

Nos partenaires