27/03/18 à 14:50 - Mise à jour à 14:52
Du Le Vif/L'Express du 08/03/18

"Les Nations unies n'en ont aujourd'hui plus que le nom"

Cher Dag Hammarskjöld, qu'il est ingrat de se retrouver presque oublié de tous alors qu'on a été prix Nobel (posthume) de la paix, qu'on a été adoubé par Kennedy au rang de "plus grand homme d'Etat du xxe siècle" et qu'on a dirigé l'ONU en pleine période de décolonisation. C'est pourtant votre sort.

Permettez que je vous sollicite alors que le monde semble en plein rétropédalage. " Le but de l'ONU n'est pas d'emmener l'humanité au paradis, mais de lui éviter l'enfer ", disiez-vous. Votre actuel successeur, Antonio Guterres, semble bien en peine d'éviter l'enfer aux habitants de cette banlieue de Damas que l'on appelle la Ghouta orientale. Bien sûr, aucun secrétaire général des Nations unies n'a jamais obtenu la paix seul quelque part. Boutros Boutros-Ghali en a fait la triste expérience durant les années 1990, lorsqu'il lui a fallu essuyer à la fois la guerre en ex-Yougoslavie et le génocide rwan...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires