Les musulmans de France appelés à se démarquer des jihadistes

09/01/15 à 12:11 - Mise à jour à 12:50

Source: Belga

La communauté musulmane française devait rendre un hommage appuyé aux victimes de l'attentat de Charlie Hebdo lors de la grande prière hebdomadaire du vendredi, pour se démarquer des jihadistes accusés d'avoir mené l'attaque sanglante au nom de l'islam.

Les musulmans de France appelés à se démarquer des jihadistes

Hassen Chalghoumi, imam de Drancy et président de la Conférence des imams de France. © Belga

Les représentants de cette communauté forte en France de quelque 3,5 à 5 millions de membres ont appelé les imams des plus de 2.300 mosquées du pays à "condamner avec la plus grande fermeté la violence et le terrorisme" dans leurs prêches vendredi. A Montpellier (sud), le texte du prêche devrait même être commun à tous les imams.

"La communauté musulmane est particulièrement choquée et ébranlée", a dit le président du Conseil français du culte musulman Dalil Boubakeur, après le massacre dont sont accusés deux frères d'origine algérienne, cernés par la police vendredi dans une petite localité au nord-est de Paris. Le CFCM, instance représentative de l'islam de France, et l'UOIF (organisme proche des Frères musulmans) ont également mis en sourdine leurs divergences pour appeler "les citoyens de confession musulmane à rejoindre massivement" la grande marche républicaine prévue dimanche. A l'émotion et la colère des responsables religieux s'ajoute la crainte que l'attaque de Charlie Hebdo ne provoque une résurgence des actions visant les musulmans. Le Premier ministre Manuel Valls a tenu à souligner vendredi que la France était "dans une guerre contre le terrorisme", pas "contre une religion".

Depuis mercredi, des lieux de culte ont été visés par des tirs d'armes à feu ou d'autres projectiles dans plusieurs villes de France, sans faire de victime. A Poitiers (centre-ouest), un suspect a été interpellé après avoir inscrit "Mort aux Arabes" sur le grand portail de la mosquée mais a confessé avoir agi sous l'emprise de l'alcool, "bouleversé" par l'attentat contre Charlie Hebdo. Vendredi matin, une tête de porc et des viscères ont été découverts, accrochés à la porte d'une salle de prière musulmane, à Corte en Corse, selon la gendarmerie. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, avait condamné jeudi soir toute "violence" ou "profanation" visant des lieux de culte et souligné que "les auteurs de tels actes doivent savoir qu'ils seront eux aussi recherchés, arrêtés et punis".

"Les musulmans sont pris dans un piège"

"Les musulmans sont pris dans un piège, entre ceux qui tuent au nom de l'islam et des extrémistes qui veulent se défouler sur les musulmans et déversent sur eux leurs discours stigmatisants", souligne le président de l'Observatoire national contre l'islamophobie au CFCM, Abdallah Zekri.

Fateh Kimouche, influent acteur de la blogosphère islamique, relève pour sa part que "nombre de médias nous disent que les musulmans doivent parler plus". "Mais on se mobilise tout le temps! " s'exclame le fondateur du site Al Kanz, destiné à la communauté musulmane de France. "Je rappelle que les musulmans aussi sont touchés: le policier tué à bout portant (devant Charlie Hebdo) s'appelait Ahmed Merabet. Nous ne sommes pas épargnés", souligne-t-il.

En savoir plus sur:

Nos partenaires