Les ministres de l'Energie de l'UE s'accordent sur des économies d'énergie de 30%

27/06/17 à 08:16 - Mise à jour à 08:16

Source: Le Vif

Les ministres de l'Energie de l'Union européenne, réunis lundi à Luxembourg, se sont mis d'accord sur un objectif d'économie d'énergie de 30% d'ici à 2030, qui doit aider l'Union dans la poursuite des objectifs plus larges fixés dans le cadre de l'Accord de Paris sur le climat.

Les ministres de l'Energie de l'UE s'accordent sur des économies d'énergie de 30%

© Getty Images/iStockphoto

A Paris, l'UE s'était engagée pour une réduction de 40% (par rapport à 1990) de ses émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2030. Dans ce but, il ne s'agira pas que de limiter les émissions polluantes des industries et des transports, mais également d'économiser au niveau de la consommation. Sur cet aspect de la problématique, les ministres européens de l'Energie se sont donc entendus lundi sur un objectif de -30%. Jusqu'à 2025, les Etats-membres devront annuellement réaliser une économie d'énergie de 1,5%.

A partir de 2026, l'efficience énergétique devra continuer d'être améliorée, mais pour une diminution d'1% par an, qui pourrait être revue entre-temps à la hausse, si cela s'avère nécessaire. Le Commissaire européen au Climat et à l'Énergie, l'Espagnol Miguel Arias Canete, a évoqué à l'issue de la réunion un "considérable pas en avant". Selon lui, la mesure dégagée pourra apporter jusqu'à 70 milliards d'euros à l'économie de l'Union, 400.000 nouveaux emplois et une réduction de 12% des importations de gaz depuis des pays tiers. Il devra désormais chercher l'approbation du Parlement européen, qui avait prôné par le passé un effort bien plus ambitieux de 35 à 40% de réduction.

Le deal dégagé par les ministres au sujet de la performance énergétique des bâtiments apparait également en-deça des espoirs de Miguel Arias Canete. Les bâtiments devraient devenir moins énergivores, et comprendre davantage de points de recharge pour voitures électriques dans leur parking. Si la Commission avait tablé sur plus de 3 millions de tels sites de recharge, les critères retenus par les ministres tourneraient autour de 115.000. "Ce n'est pas le bon signal", a commenté le Commissaire.

Nos partenaires