Les manifestations anti-Charlie se poursuivent à travers le monde

19/01/15 à 13:32 - Mise à jour à 13:32

Source: Belga

Environ 200 islamistes radicaux ont défilé lundi à Gaza, brûlant le drapeau français et menaçant de s'en prendre aux Français après la publication par Charlie Hebdo d'une nouvelle caricature du prophète Mahomet, ont constaté des journalistes de l'AFP. D'autres manifestations ont également eu lieu lundi en Tchétchénie et en Afghanistan, tandis que les rassemblements de samedi au Niger ont causé la mort de plus de cinq personnes.

Les manifestations anti-Charlie se poursuivent à travers le monde

© Reuters

"Français, dégagez de Gaza ou nous vous égorgerons", ont scandé devant le Centre culturel français de Gaza ces hommes qui brandissaient le drapeau noir des djihadistes et portaient des tenues traditionnelles et de longues barbes. Un rassemblement d'une telle ampleur et brandissant ouvertement la bannière des djihadistes est un fait exceptionnel, sinon unique depuis l'accession du Hamas au pouvoir par la force en 2007 dans la bande de Gaza. Un drapeau français a également été brûlé à Jalalabad, dans l'est de l'Afghanistan où 600 manifestants défilaient lundi. "Nous sommes musulmans. Nous sommes prêts à nous sacrifier pour l'islam et notre prophète Mahomet. Nous voulons la fermeture de l'ambassade de France à Kaboul. La France devrait présenter ses excuses aux pays musulmans", a déclaré un des organisateurs du rassemblement. A Grozny, en Tchétchénie, ils étaient 800.000 selon le ministère russe de l'Intérieur. Citées par les agences russes, les autorités locales qui avaient appelé à cette manifestation ont avancé le chiffre d'un "million de manifestants", alors que la population de la Tchétchénie s'établit officiellement à 1,2 million d'habitants. Ce week-end au Niger, "des dégâts importants ont été enregistrés: 45 églises, cinq hôtels, 36 débits de boissons, un orphelinat et une école chrétienne ont été pillés avant d'être incendiés", a énuméré le porte-parole de police, Adily Toro, lors d'une conférence de presse. Les protestations, en plus des cinq morts annoncés samedi, ont par ailleurs fait 128 blessés, tandis que 189 personnes ont été interpellées, a-t-il ajouté.

En savoir plus sur:

Nos partenaires