Les islamistes persécutent les chrétiens au Nigeria et au Kenya

29/04/12 à 15:25 - Mise à jour à 15:25

Source: Le Vif

Environ vingt personnes ont été tuées lors d'un service religieux chrétien au Nigéria dimanche matin. Au Kenya, une attaque à la grenade contre une église à Nairobi a fait un mort et 15 blessés.

Les islamistes persécutent les chrétiens au Nigeria et au Kenya

© Reuters

Au Nigéria, un reporter de l'AFP a vu six corps inanimés atteints par des balles près de l'endroit où le service religieux avait lieu. Plus tard, il a vu une douzaine de corps derrière les locaux de l'Université mais n'a pas pu s'en approcher pour les décompter. Aucun bilan officiel n'a encore été diffusé.

La secte islamiste Boko Haram (qui signifie en langue haoussa: "l'éducation occidentale est un péché") a mené de nombreuses attaques, essentiellement dans le nord du pays, qui ont fait plus de 1000 morts depuis la mi-2009.

Au Kenya, c'est un inconnu, assis parmi les fidèles, qui a lancé une grenade peu après le début du service avant de prendre la fuite, ont rapporté à l'AFP des témoins. Il y a un mort, et quinze blessés.
L'attaque a été perpétrée contre l'église internationale de la Maison des miracles de Dieu (God's House of miracles international church) dans le quartier de Ngara, non loin du centre ville. Des traces de sang étaient visibles autour de l'autel de l'église vers lequel la grenade a été lancée, a constaté un journaliste de l'AFP sur place.

Les églises sont très fréquentées pendant les offices du dimanche matin au Kenya, dont la population est majoritairement catholique et très souvent pratiquante.

La capitale kényane a été la cible de plusieurs attaques à la grenade non revendiquée depuis la fin de l'année dernière. Le plus meurtrier de ces attentats, le 10 mars dernier contre un terminal d'autobus, a fait 9 morts et plus d'une soixantaine de blessés.
Le 31 mars déjà, une grenade lancée contre groupe de fidèles sortant d'une église à Mtwapa, sur la côte kényane de l'océan indien, avait fait un mort et quinze blessés. Le ministre kényan de la Sécurité intérieure George Saitoti avait alors affirmé que cette attaque, ainsi qu'une autre quelques minutes plus tard le même jour contre un restaurant de la ville voisine de Mombasa (trois blessés), "avaient été perpétrées par les shebab", des insurgés islamistes contre lesquels l'armée kényane intervient depuis octobre dernier en Somalie voisine.

Un jeune Kényan sympathisant déclaré des shebab a été condamné pour les deux premières attaques commises en octobre dernier, un autre a été interrogé puis relâché à la suite de l'attentat du mois dernier.

Les shebab, récemment intégrés au réseau Al-Qaïda, ont menacé à maintes reprises de représailles le Kenya à la suite de son intervention militaire en Somalie, mais ils avaient assuré en mars, à propos des attentats à la grenade, "ne pas être impliqués dans des attaques de si petite ampleur".

L'ambassade américaine au Kenya a affirmé lundi disposer "d'informations crédibles" quant à un "attentat potentiel dans les phases ultimes de préparatif" qui pourrait viser un hôtel ou un bâtiment gouvernemental à Nairobi.

Le Vif.be, avec L'Express.fr

En savoir plus sur:

Nos partenaires