Les humoristes font-ils une OPA sur le politique ?

25/04/17 à 08:45 - Mise à jour à 08:47

Source: Le Vif/l'express

Les humoristes ont le vent en poupe. Le commentaire politique est devenu leur domaine, où leur sens de la formule et leur liberté de ton leur garantissent un rond de serviette à la table des quotidiennes. Pour le meilleur ou pour de rire ?

C'est une insider qui l'écrit : " Il n'y a plus une émission de radio, de télé, plus le moindre canard sans son chroniqueur "drolatique", humoriste ou assimilé. " Dans un billet publié dans le dossier du Vif/L'Express (numéro du 22 avril 2016) consacré aux humoristes " nouveaux leaders d'opinion ", Myriam Leroy trempait sa plume acérée dans une encre à l'humour noir. Elle démontait la dictature du rire comme nécessité qui, doucement, s'installe dans toutes les grilles. Les humoristes sont devenus les éditorialistes attitrés d'une société qui n'attend plus du couple média-politique qu'il leur enseigne la vie, la vérité. Mais qui apprécie le miroir grinçant que leur tendent les nouveaux fous du roi nu, de Charline Vanhoenacker à Guillermo Guiz, d'Edgar Szoc à Nicole Ferroni. Journalistes et éditorialistes ont-ils délégué leur mordant et leur art de la question qui fâche aux humoristes ? Et si, à force de systématisme, l'humour risquait de perdre en réelle subversion ce que ses représentants gagnent en visibilité ?
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires