Les homosexuels victimes de violences sur les terrains de sport

10/05/15 à 10:37 - Mise à jour à 14:04

Source: Belga

Bon nombre d'homosexuels ont subi des violences verbales ou physiques en pratiquant un sport, d'après une enquête sur l'homophobie dans le sport menée dans plusieurs pays anglo-saxons et publiée dimanche.

Les homosexuels victimes de violences sur les terrains de sport

Activiste militant pour les droits des personnes homosexuelles cachée derrière le drapeau arc-en-ciel. © Reuters

Près de 9.500 personnes en majorité LGB (lesbiennes, gays et bisexuels) ont été interrogées pour cette étude réalisée à l'initiative du comité organisateur d'un tournoi international de rugby gay à Sydney. La plupart d'entre elles viennent d'Australie, de Grande-Bretagne, d'Irlande, de Nouvelle-Zélande et des Etats-Unis.

Environ 19% des homosexuels et 9% des lesbiennes interrogés ont déclaré avoir subi "des violences physiques" tandis que 27% des homosexuels et 16% des lesbiennes ont évoqué des menaces verbales.

Globalement, seuls 1% des sondés, parmi lesquels 2.500 hétérosexuels, estiment que les homosexuels sont "complètement acceptés" sur les terrains de sport. Les sondés pensent aussi que l'homophobie est largement présente dans les tribunes.

Environ 78% d'entre eux ont ainsi jugé que les personnes LGB ne seraient "pas vraiment en sécurité" si elles y montraient au grand jour leurs préférences sexuelles. Les participants pensent pour 41% d'entre eux que les tribunes sont le lieu où l'homophobie a le plus de chance de se manifester et pour 21%, les cours d'éducation physique et sportive à l'école. "Certaines personnes LGB peuvent exceller au sport mais de nombreuses autres se sentent obligées de taire leur préférences sexuelles pour continuer à pratiquer le sport qu'elles aiment, surveillant chacune de leurs paroles", a commenté Caroline Symons, spécialiste de cette question à l'Université Victoria de Melbourne.

"Tous ces efforts pour masquer leur identité peut les empêcher de profiter pleinement de leur sport et nuire à leurs performances", a ajouté cette universitaire, l'une des sept spécialistes à avoir évalué l'étude.

Les auteurs de ce sondage ont utilisé des données collectées par la société spécialisée en recherches sur le marché du sport Repucom. Grant O'Sullivan, également chercheur à l'Université Victoria, a relevé que les blagues homophobes proférées sur les terrains pouvaient avoir pour conséquence d'empêcher les homosexuels de se lancer dans un sport. "Ceux qui tiennent ces propos ne veulent bien souvent pas faire de mal mais ils peuvent être nuisibles lorsqu'ils sont entendus par des gens qui sont en difficulté vis à vis de leur sexualité", a-t-il dit.

Robbie Rogers, ex-joueur de Leeds actuellement membre du LA Galaxy, l'un des rares footballeurs professionnels à ne pas faire mystère de son homosexualité, a souhaité que cette étude favorise un changement des mentalités. "Chaque athlète, chaque fan, pourrait décider de ne pas tenir de propos homophobes, même s'ils sont censés être humoristiques", a-t-il dit.

En savoir plus sur:

Nos partenaires