Les Franciscains au bord de la faillite

20/12/14 à 12:01 - Mise à jour à 12:00

Source: Belga

Les Franciscains se trouvent dans une situation financière particulièrement "grave" à la suite de malversations, a annoncé le supérieur de l'ordre, Michael Perry, dans une rare lettre ouverte appelant à la solidarité.

Les Franciscains au bord de la faillite

Des moines franciscains © Reuters

Selon le magazine italien Panorama, des dizaines de millions d'euros ont été investis dans des sociétés suspectes qui font désormais l'objet en Suisse d'une enquête pour trafics illicites. Plusieurs journaux italiens évoquent en revanche les choix hasardeux de l'ordre, comme la disparition de millions d'euros dans la rénovation de l'hôtel "Il Cantico" à Rome, au luxe si éloigné des aspirations de François d'Assise. Sans donner de détails, Frère Perry a expliqué cette semaine sur le site internet de l'Ordre des frères mineurs (ordre franciscain) qu'une enquête interne lancée en septembre avait révélé des malversations menaçant "la stabilité financière et le patrimoine de l'ordre". Le trésorier général de l'ordre a démissionné et plusieurs frères sont soupçonnés d'"activités financières douteuses", mais Frère Perry a aussi évoqué "le rôle important d'acteurs externes" et expliqué que la justice civile était donc saisie. "A cause de l'étendue et de l'ampleur de ces activités (douteuses...), la curie générale se trouve confrontée à de graves -- et je souligne +graves+ -- difficultés financières, avec de lourdes dettes", a expliqué le religieux. Tout en s'attendant à ce que cette annonce provoque "déception et découragement" parmi les frères, le supérieur des Franciscains a également appelé les provinces -- à la gestion autonome -- à envoyer une contribution financière à Rome pour éviter la faillite. Fondé par François d'Assise au début du XIIIe siècle, l'ordre des Franciscains compte actuellement 13.600 frères dans 110 pays. L'enquête interne porte sur la gestion de l'ordre depuis 2003, date de l'arrivée à sa tête de José Rodriguez Carballo, qui y est resté jusqu'à sa nomination par le pape François en 2013 comme N.2 de la Congrégation supervisant tous les ordres religieux.

En savoir plus sur:

Nos partenaires