Les Français de moins en moins tolérants envers les étrangers

02/04/14 à 11:45 - Mise à jour à 11:45

Source: Le Vif

Un rapport rendu au gouvernement français révèle une augmentation de l'intolérance. Selon l'étude, de plus en plus de Français pensent que l'intégration des immigrés fonctionne mal.

Les Français de moins en moins tolérants envers les étrangers

© Reuters (Image d'archive)

Comme chaque année, la Commission nationale consultative des Droits de l'Homme (CNCDH) vient de rendre son rapport au gouvernement français. Cet organe consultatif dresse le bilan des actes et menaces à caractère raciste en France. Ses conclusions s'assombrissent d'année en année.

Une perception de plus en plus négative des étrangers

Parmi les 1.026 personnes interrogées, 63 % estiment que l'intégration des étrangers fonctionne mal. C'est 7 points de plus qu'en 2012. Pour expliquer ce dysfonctionnement, 68 % des sondés estiment que ce sont surtout les personnes étrangères "qui ne se donnent pas les moyens de s'intégrer".

Selon l'étude, la tolérance des Français aurait diminué de 12 % depuis 2009. "Cette baisse touche désormais toutes les minorités et est exprimée par toutes les sensibilités politiques", explique la Commission. L'intolérance concerne donc les sondés de droite, mais aussi ceux de gauche.

Les actes racistes seraient en baisse

Les menaces et les actes à caractère raciste auraient diminué de 20 %, selon le nombre de plaintes déposées. Ce chiffre ne reflète peut-être pas fidèlement la réalité. Les victimes éprouvent souvent des difficultés à porter plainte pour ces motifs. "On sait très bien qu'il y a beaucoup moins de dépôts de plaintes que de faits réels", précise la Commission.

Les musulmans et les Roms plus isolés

Par contre, les actes antimusulmans recensés ont augmenté de 10 %. "C'est préoccupant, car cette hausse concerne plus les actions (dégradations, homicides, etc.) que les menaces (propos, tracts, etc.)", souligne la CNCDH.

Selon le sondage, les musulmans et les Roms sont davantage désignés comme "des groupes à part dans la société française". Bien plus que les "Maghrébins", les "Asiatiques", les "Noirs" ou encore les "juifs".

En savoir plus sur:

Nos partenaires