Les forces nucléaires américaines utilisent encore les disquettes souples

26/05/16 à 08:51 - Mise à jour à 08:51

Source: Belga

Alors qu'on pensait notre système de vote électronique vétuste, les forces nucléaires américaines utilisent encore d'anciens ordinateurs avec des disquettes souples, regrette un rapport du GAO, l'équivalent américain de la Cour des comptes.

Les forces nucléaires américaines utilisent encore les disquettes souples

Quarante ans de formats de stockage: une disquette souple (années 70), un Microdrive (années 80) et une carte SD (années 2010). © David Smith/Flickr (CC)

"Le département de la Défense utilise des disquettes souples 8 pouces dans le système qui contrôle les fonctions opérationnelles des forces nucléaires nationales", comme "les missiles intercontinentaux, les bombardiers nucléaires et les ravitailleurs en vol", selon le rapport publié mercredi.

Les disquettes sont utilisées avec des ordinateurs "IBM series/1", qui datent des années 1970, précise le rapport sur le vieillissement des outils informatiques de l'administration fédérale.

Selon le GAO, le ministère de la Défense a répondu qu'il prévoyait de mettre à jour "ses systèmes de stockage de données" et ses ordinateurs "portables et de bureau" d'ici "la fin 2017".

"Ce système reste en service car, pour faire simple, il continue de fonctionner. Toutefois, pour résoudre le problème de l'obsolescence, les disquettes souples doivent être remplacées par des cartes mémoire d'ici fin 2017", a indiqué la lieutenant-colonel Valerie Henderson, l'un des porte-paroles du Pentagone dans un courriel.

Le rapport du GAO pointe d'autres exemples d'outils obsolètes dans l'administration fédérale, comme l'utilisation de programmes utilisant l'antique langage Cobol dans l'agence chargée des anciens combattants.

D'une manière générale, il indique que les opérations et la maintenance représentent plus de 75% des dépenses d'informatique et de réseaux de l'administration fédérale.

Ces dépenses opérationnelles n'ont cessé d'augmenter ces dernières années, au détriment des dépenses d'investissement, regrette le rapport.

En savoir plus sur:

Nos partenaires