Les forces kurdes contrôlent 90% de Kobané

27/01/15 à 06:24 - Mise à jour à 06:24

Source: Belga

Les forces kurdes ont repris au groupe Etat islamique (EI) "à peu près 90% de la ville de Kobané" en Syrie, a annoncé lundi dans un communiqué le commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom).

Les forces kurdes contrôlent 90% de Kobané

Kobané © BELGAIMAGE

"Le Centcom confirme que les forces anti-EI contrôlent à peu près 90% de la ville de Kobané", selon le communiqué. "La guerre contre le groupe Etat islamique est loin d'être terminée, mais son échec à Kobané prive l'EI de l'un de ses objectifs stratégiques", se félicite le commandement américain.

Plus tôt dans la journée, Washington était resté prudent après les annonces de victoires sur place des forces kurdes. "Kobané reste disputée", avait affirmé la porte-parole du département d'Etat Jennifer Psaki, estimant que les forces anti-EI contrôlaient "approximativement 70% du territoire à Kobané et près de Kobané".

Une atmosphère de liesse régnait lundi dans les régions kurdes syriennes après l'éviction du groupe jihadiste de la ville, sa défaite la plus cuisante en Syrie. Depuis le début de la bataille mi-septembre, les combats pour la ville ont fait plus de 1.800 morts, dont plus de 1.000 dans les rangs djihadistes, selon un nouveau bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Les forces kurdes ont combattu au sol, avec l'appui crucial des frappes aériennes de la coalition contre l'EI dirigée par les Etats-Unis. Au total, les alliés ont mené 705 frappes sur l'EI dans la ville et ses environs, selon les statistiques des militaires américains. Le Pentagone s'est montré prudent sur l'importance proprement militaire d'une victoire kurde à Kobané. "L'importance de Kobané, c'est l'importance que l'EI lui a donnée", a expliqué le colonel Steve Warren, porte-parole du Pentagone.

L'EI a "consacré des ressources énormes, tant humaines qu'en équipement" à cette bataille, et "a encaissé un coup dur". C'est une preuve de plus que les positions de l'EI "commencent à se détériorer", a-t-il estimé.

Nos partenaires