François De Smet
philosophe
Opinion

03/02/18 à 16:00 - Mise à jour à 16:12
Du Le Vif/L'Express du 01/02/18

"Les femmes ne servent plus de miroir aux hommes"

Nous sommes en 1929. La romancière britannique Virginia Woolf publie son plus célèbre livre, Une chambre à soi. Elle y dépeint avec style la fresque de son époque, si difficile, mais si pleine de promesses, aussi, pour les femmes intellectuelles. Ou du moins pour les quelques-unes qui, parmi elles, ont les moyens de prendre la plume.

Car en ce début de xxe siècle, la prise de parole féminine reste encore une épreuve. Virginia Woolf imagine, par exemple, le destin d'une soeur fictive de Shakespeare jouissant du même talent que lui, et les barrages probables qui l'auraient empêchée de percer. La trame de son essai est que seule la femme disposant d'un statut, d'un peu d'argent, d'un peu d'autonomie, et donc d'une chambre à elle, peut être libre aussi en pensées, c'est-à-dire trouver le temps, la disponibilité et même l'envie de jeter des états d'âme sur un bout de papier.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires