Les Etats-Unis ouvrent une enquête pénale sur la marée noire

02/06/10 à 13:36 - Mise à jour à 13:36

Source: Le Vif

BP, mise en cause pour sa responsabilité dans la marée noire causée par le naufrage de la plateforme de forage Deepwater Horizon, le 20 avril dernier, et pour son incapacité à arrêter la fuite de brut, s'est dit prêt à coopérer.

Les Etats-Unis ouvrent une enquête pénale sur la marée noire

© Epa

Les autorités américaines ont ouvert une enquête civile et pénale sur la marée noire dans le golfe du Mexique, initiative attendue qui va accroître la pression sur la compagnie pétrolière BP.

"Nous avons ouvert une enquête à la fois au pénal et au civil comme la loi nous y oblige", a déclaré le ministre de la Justice Eric Holder après une rencontre avec des procureurs fédéraux et d'Etat à La Nouvelle-Orléans.

Les agences fédérales, dont le FBI, participent à cette enquête et "si nous trouvons des preuves d'un comportement illicite, notre réponse sera énergique", a souligné Holder, ajoutant que les procureurs disposaient d'une "base suffisante" pour ouvrir une procédure pénale.

L'ouverture de l'enquête était attendue par les experts, alors que la marée noire en est à son 43e jour et que sa fin ne semble pas envisageable à court terme.

Eric Holder s'est refusé à dire quelles seraient les principales cibles de l'enquête, mais son ministère a déjà demandé à BP et deux autres firmes impliquées, Transocean et Halliburton, de conserver les archives liées à la catastrophe.

La justice devra déterminer s'il y a eu des violations des lois sur la propreté de l'eau, sur les espèces menacées, sur les oiseaux migrateurs et sur la pollution pétrolière. Ces textes permettent des condamnations à payer les coûts de nettoyage et à rembourser les frais de l'Etat fédéral.

L'attorney general a en outre prévenu que "rien n'était pour l'heure écarté" en matière de poursuites, ce qui laisse la porte ouverte à des inculpations pénales si des faux ont été établis. Des charges pourraient aussi être retenues pour la mort des 11 ouvriers décédés dans l'explosion de la plateforme.

Cette procédure n'est pas la première ouverte à l'encontre de BP. La compagnie a déjà accepté de payer plus de 370 millions de dollars d'amendes et de dommages lors de règlements amiables de plusieurs cas présumés de fraudes et dégâts environnementaux.

Cela concerne notamment une explosion dans une raffinerie du Texas en 2005 et une fuite sur un oléoduc en Alaska en 2006.

Levif.be avec L'Express.fr

En savoir plus sur:

Nos partenaires