Jonathan Holslag
Jonathan Holslag
Jonathan Holslag est professeur en relations internationales à la VUB.
Opinion

23/11/17 à 09:59 - Mise à jour à 09:58

"Les électeurs qui hurlent au changement ne veulent pas des leaders, mais des clowns"

"Quelle est la volonté de sacrifice de l'électeur moyen qui hurle au changement?", se demande Jonathan Holslag (VUB). "Plus j'y pense, plus je n'arrive pas à me défaire de l'impression qu'il s'agit surtout de poules mouillées."

Récemment, je me suis retrouvé dans un café près de la gare de Louvain, un endroit où une Stella ne coûte pas encore deux euros. L'un des gars m'avait reconnu comme l'homme qui vient parler de la Chine à la télévision et une conversation passionnante s'est engagée. Les hommes - car la population du comptoir était aussi masculine que celle d'un salon de thé turc- m'ont posé mille questions et semblaient surtout à la recherche de confirmation que le monde s'effondre et que ce n'est pas de leur faute. Les riches, les migrants, les politiciens : à part ceux du Vlaams Belang, ils en prennent tous pour leur grade. "Vous ne pouvez tout de même pas attendre de nous que nous changions le monde ?" Peut-être pas, mais chacun peut au moins essayer de le changer. La discussion m'a donné à réfléchir : la combativité apparente des partis populistes ne sert-elle pas simplement à dissimuler le manque de combativité et d'engagement des électeurs ?
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires