Les décisions d'Hillary Clinton n'étaient pas liées à son mari

07/05/15 à 22:20 - Mise à jour à 22:19

Source: Belga

Les décisions d'Hillary Clinton à la tête du département d'Etat américain n'ont pas été influencées par les dons de pays étrangers à la fondation de son mari ou par les discours de ce dernier, a estimé jeudi le département d'Etat.

Les décisions d'Hillary Clinton n'étaient pas liées à son mari

Hillary et Bill clinton en 1998 © Reuters

L'ancienne Première dame des Etats-Unis et chef de la diplomatie américaine (2009-2013) a annoncé le mois dernier sa candidature à l'élection présidentielle de 2016. Mais sa campagne est déjà ternie par des allégations de conflits d'intérêts avec la fondation philanthropique de son mari, l'ancien président Bill Clinton (1993-2001).

Ses opposants ont mis en doute ses décisions en tant que secrétaire d'Etat qui auraient été, selon eux, influencées par les pays étrangers ayant versé des dons à la fondation Clinton.

A la même période, avance un ancien responsable républicain dans un livre, le montant des honoraires demandés par Bill Clinton pour ses discours a considérablement augmenté.

Hillary et Bill Clinton ont vivement démenti que les donateurs étrangers de la fondation aient tenté d'acheter leur influence. Pour autant Hillary Clinton a mis fin à son association avec la fondation Clinton peu après l'annonce de sa candidature à la Maison Blanche.

Le département d'Etat ne prévoit pas d'enquêter sur ces allégations et assure qu'Hillary Clinton s'est conformée aux règles gouvernementales. "Le département d'Etat n'a pas et ne va pas lancer d'enquête formelle ou établir un jugement rétroactif sur ces questions qui n'ont pas été soulevées lorsque Mme Clinton était en fonction", a affirmé un porte-parole Jeff Rathke lors du point de presse quotidien.

"Les décisions du département sous la secrétaire Clinton ont été prises pour promouvoir la politique de l'administration telle que définie par le président et dans l'intérêt de la politique étrangère de l'Amérique", a-t-il noté.

Bill Clinton, qui fait payer chacun de ses discours quelque 500.000 dollars, a affirmé en début de semaine qu'il allait continuer à donner des discours rémunérés pour "payer (les) factures" de sa famille.

En savoir plus sur:

Nos partenaires