Les autorités libyennes veulent juger Seif al-Islam en Libye

20/11/11 à 17:42 - Mise à jour à 17:42

Source: Le Vif

Les autorités libyennes ont annoncé qu'elles souhaitaient juger Seif al-Islam en Libye, malgré le mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) qui soupçonne le fils de Mouammar Kadhafi, arrêté dans la nuit de vendredi à samedi, de crimes contre l'humanité.

Les autorités libyennes veulent juger Seif al-Islam en Libye

© Reuters

Après le soulagement et la joie à l'annonce de l'arrestation, le sort du fils le plus en vue de l'ancien dictateur commençait à révéler des fissures entre la Libye et la communauté internationale, qui presse Tripoli de coopérer avec la CPI afin de garantir un "procès
équitable".

Ce nouveau développement risque en tout cas de retarder l'annonce du nouveau gouvernement, qui était prévue ce dimanche. Le Premier ministre par intérim, Abdel Rahim al-Kib, a esquivé la question samedi soir. "Nous voulons que le procès de Seif al-Islam ait lieu en Libye car la justice locale est la règle et la justice internationale l'exception", a déclaré dimanche à l'AFP le ministre de la Justice au sein du Conseil national de transition (CNT), Mohammed al-Allagui. "Nous avons les garanties nécessaires pour un procès équitable, en particulier après l'amendement d'une loi garantissant l'indépendance de la justice par rapport à l'exécutif", a-t-il assuré.

Longtemps présenté comme successeur potentiel de son père, Seif al-Islam fait depuis le 27 juin l'objet d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l'humanité. Il est soupçonné d'avoir joué un "rôle-clé dans la mise en oeuvre d'un plan" conçu par son père pour "réprimer par tous les moyens" le soulèvement populaire entamé mi-février.

L'ex-chef du renseignement Abdallah al-Senoussi arrêté

L'ancien chef des services des renseignements libyens, Abdallah Al-Senoussi, recherché par la Cour pénale internationale (CPI), a été arrêté dans le Sud libyen, selon un haut responsable du Conseil national de transition (CNT).

"Abdallah al-Senoussi a été arrêté dans la région d'al-Guira, dans le sud du pays", a déclaré à l'AFP à Tripoli ce haut responsable sous couvert de l'anonymat, sans préciser la date ou les circonstances de cette interpellation. Dans le même temps à Benghazi (est), un officier est monté à la tribune d'une réunion de l'armée sous l'égide du CNT pour annoncer l'arrestation de "ce terroriste, cet assassin, Abdallah al-Senoussi", sous les applaudissements des centaines d'officiers présents.

"Nous remercions Dieu pour cette victoire", a déclaré le ministre de la Défense, Jalal Dgheili, présent à cette réunion. Des commandants sur le terrain ont confirmé l'arrestation, selon un membre du "Conseil des thowar (révolutionnaires)" de Tripoli. Comme Seif al-Islam Kadhafi, arrêté dans la nuit de vendredi à samedi, M. Senoussi fait l'objet depuis le 27 juin d'un mandat d'arrêt de la CPI pour crimes contre l'humanité.

Agé de 62 ans, Al-Senoussi, beau-frère de Mouammar Kadhafi, a aussi été condamné par contumace à la réclusion criminelle à perpétuité par la cour d'assises de Paris en mars 1999 pour son implication dans l'attentat contre un DC-10 de la compagnie UTA en 1989, qui avait fait 170 morts.

LeVif.be, avec Belga.

En savoir plus sur:

Nos partenaires