Les Australiennes montrent leurs seins pour soutenir la Première ministre

20/06/13 à 10:59 - Mise à jour à 10:59

Source: Le Vif

Sans le vouloir, la première ministre australienne, Julia Gillard, a déclenché une avalanche de photos de décolletés sur le Net.

Les Australiennes montrent leurs seins pour soutenir la Première ministre

Lors d'une émission radio, Mr Collier, un commentateur, a expliqué qu'il trouvait choquant que madame la Première ministre utilisât des tenues qui mettaient trop sa poitrine en valeur. "C'est un manque flagrant de respect envers le peuple australien et le parlement d'arborer une tenue si peu professionnelle." Il n'en fallait pas plus pour provoquer l'ire de nombreuses femmes. Suite à la remarque sexiste du commentateur radio, des photos de seins ont littéralement poussé comme de champignons. Au centre du mouvement une page Facebook, 'Destroy the Joint', où les femmes ont posté en masse une photo de leur décolleté accompagné du message "il est temps que tout le monde accepte que les femmes aient des seins". Tous ces clichés seront compilés par Jenna Price, la porte-parole de la page Destroy the Joint, et envoyés à Collier.

Une campagne électorale virulente

Ce n'est pas la première fois que la première ministre est confrontée à des réactions sexistes. Travailliste, laïque, sans enfant et vivant en union libre, la première ministre fait régulièrement l'objet d'attaques personnelles. Si les campagnes électorales australiennes sont souvent mâtinées d'attaques violentes, celle qui précède cette campagne législative semble battre des records selon les observateurs. Pour preuve l'opposition n'hésite pas à railler son physique, mais aussi son mari, un ancien coiffeur. La semaine dernière, un candidat libéral avait dû présenter des excuses publiques après avoir intitulé un menu lors d'une soirée de récolte de fonds "La caille de Julia Gillard frite à la mode Kentucky" avec "Petits seins, énormes cuisses et grande boîte rouge". Le lendemain, un animateur radio australien sera suspendu après avoir demandé avec insistance à la première ministre si son compagnon était "gay".

Si elle tient bon face aux critiques, les sondages ne sont pas en sa faveur puisqu'elle est donnée largement battue le 14 septembre prochain.

Nos partenaires