Les astuces de la CIA pour passer facilement les frontières

22/12/14 à 16:03 - Mise à jour à 16:11

WikiLeaks a publié des documents qui sont de véritables modes d'emploi à l'usage des espions de la CIA. Ou comment traverser les frontières sans embrouilles.

Les astuces de la CIA pour passer facilement les frontières

/ © iStock

WikiLeaks et Rue 89 publient des documents issus de la CIA qui révèlent les trucs et astuces pour passer les frontières sans se faire repérer. En voici quelques-uns résumés ci-dessous...

Si vous achetez votre billet, à l'aéroport le jour de votre voyage, en cash et sans bagages, il y a de fortes chances pour que les autorités du pays en question vous contrôle, voire vous empêche de monter dans l'avion.

Méfiez-vous de vos objets électroniques qui peuvent attirer l'attention. Par exemple, au Bahreïn, tout objet électronique insolite engendre un interrogatoire poussé.

Il est également suspect de voyager en classe business lorsqu'on est touriste et d'être habillé de manière trop négligée surtout lorsqu'on est un homme d'affaires ou qu'on voyage avec un passeport diplomatique. De même que voyager seul, en tant qu'homme, avec un sac à dos. Privilégiez une valise et de la compagnie.

Faites attention à votre comportement. Lorsque l'on est trop stressé, on attire l'attention. Mais qu'est-ce qui nous rend suspects ? Les mains qui tremblent, des pulsations trop rapides au niveau de la carotide, des rougeurs ou encore le regard fuyant ou au contraire trop fixe. Voyager avec plusieurs réveils ou avec des guides qui n'ont pas encore été ouverts ou annotés pourrait aussi intriguer les douaniers.

Le Venezuela et Facebook

Certains trajets sont considérés comme plus à risques. Par exemple aller au Chili après avoir été en Asie du Sud Est. Tout comme aller plus de 5 fois par mois au Venezuela aurait pour conséquence un contrôle automatique. De même, lorsque vous combinez en un voyage la Zambie, le Pakistan et l'Afrique du Sud. Le rapport précise encore qu'il est judicieux d'éviter Israël avec un passeport riche en cachet de pays arabe. L'inverse est vrai aussi.

Un touriste sur trente qui rentre aux États-Unis se fait contrôler. Un voyageur américain sur douze fait aussi l'objet de tel contrôle à l'étranger. À titre informatif en Géorgie on peut vous garder 3 heures, en Turquie, 24 heures et au Brésil 48 heures.

Ayez un compte Facebook en adéquation avec vos dires. Ne pas en avoir, où sans liste d'amis, peut faire de vous de facto un suspect. Préparez aussi des réponses courtes à des questions simples telles que "Pourquoi êtes-vous là" et "où vivez-vous ?". Évitez les "heu" et "mmm" ainsi que des réponses trop détaillées.

En savoir plus sur:

Nos partenaires