Législatives aux Pays-Bas : l'extrême droite crée la surprise

10/06/10 à 11:42 - Mise à jour à 11:42

Source: Le Vif

Selon les résultats publiés après le dépouillement de 88% des bulletins de vote, les libéraux devancent les travaillistes d'un siège alors que le parti d'extrême droite de Geert Wilders arrive troisième et est ainsi le grand vainqueur du scrutin.

Législatives aux Pays-Bas : l'extrême droite crée la surprise

© EPA

Après dépouillement de 88% des bulletins de vote, le parti libéral VVD, mené par Mark Rutte, 43 ans, arrive en tête des élections législatives anticipées aux Pays-Bas avec 31 sièges sur 150. Partisans d'une réduction des dépenses publiques et d'un durcissement de la politique d'immigration, les libéraux disposaient de 21 sièges dans le parlement sortant. Ils confirment ainsi, de justesse, les sondages qui les donnaient vainqueurs depuis plusieurs semaines.

Le parti travailliste (PvdA), conduit par l'ancien maire d'Amsterdam Job Cohen, 62 ans, arrive deuxième avec 30 sièges. M. Cohen a affirmé durant toute la campagne exclure toute coalition avec M. Geert Wilders, du parti d'extrême droite qui est troisième avec 24 sièges. Le Parti pour la liberté (PVV) de Geert Wilders, 46 ans, "en croisade contre l'islamisation" peut ainsi prétendre à entrer dans une coalition gouvernementale. "Nous voulons gouverner", a affirmé M. Wilders, dont le parti souhaite l'arrêt de l'immigration en provenance des pays musulmans.

Le parti chrétien-démocrate (CDA) du Premier ministre sortant Jan Peter Balkenende, 54 ans, principal parti du parlement sortant avec 41 députés, n'obtient que 21 sièges et est le grand perdant du scrutin. M. Balkenende, au pouvoir depuis 2002, a annoncé renoncer à la direction du parti chrétien-démocrate (CDA). "Je ne serai pas membre de la nouvelle chambre basse du parlement", a déclaré M. Balkenende, en précisant qu'il continuerait de diriger le gouvernement démissionnaire jusqu'à la constitution de la prochaine coalition gouvernementale.
"Les résultats de ces élections sont très, très décevants, c'est une claque", a-t-il reconnu.

Le parti socialiste SP, aux lointaines racines maoïstes, obtient 15 sièges contre 25 dans le parlement sortant, devant les écologistes de GroenLinks qui totalisent 10 sièges (contre 7) comme les centristes de D66 (contre 3) et le petit parti chrétien ChristenUnie, qui obtient 5 sièges contre 6.

Le taux de participation s'est élevé à 74%, contre 80% lors des précédentes législatives de 2006. C'est le plus bas enregistré depuis 1998.

Aucun des 18 partis en lice n'obtenant assez de voix pour gouverner seul, celui qui arrivera finalement en tête mènera des négociations en vue de former une coalition. Les résultats définitifs seront connus mardi.

LeVif.be avec Belga

Nos partenaires