Le vapoteur et le hipster font leur entrée dans le dico

22/05/14 à 11:19 - Mise à jour à 11:19

Source: Le Vif

De centaine de nouveaux mots et de personnalités font leur entrée dans les éditions 2015 du Petit Robert et de son concurrent Le Larousse. Petite sélection de ces néo-arrivants issus des médias, des sciences, des technologies, de la littérature ou tout simplement de la vie quotidienne.

Le vapoteur et le hipster font leur entrée dans le dico

© istock

Suite à la fureur de partager son auto-portrait en masse sur les réseaux sociaux, le selfie est présent dans les deux dicos. Le hipster, ce "jeune urbain qui affiche un style vestimentaire et des goûts à la fois pointus, empreints de second degré et à contrecourant de la culture de masse, reconnaissable à sa casquette, ses grosses lunettes et sa barbe fournie" fait son entrée dans Le Petit Robert.

La cigarette électronique étant très en vogue ces derniers temps, vapoter, vapoteur et vapotage sont validés. Côté gastronomique, signalons l'entrée du concept de bistronomie, de microbrasserie, du véganisme, du nouveau métier de barista, "le spécialiste de la préparation du café" qui ne prépare certainement pas de lapette, un café trop léger en Belgique.

Barista, Burrata et gianduja

De nouveaux aliments entrent en cuisine comme le burger, mot dont on s'étonne d'ailleurs qu'il ne figurait pas déjà dans les pages du dictionnaire, la burrata (fromage frais italien proche de la mozzarella), le gianduja (pâte onctueuse à base de chocolat et de noisettes finement pilées, d'origine italienne), le champignon asiatique parfumé shiitaké. Le speck, ce jambon cru légèrement fumé et séché originaire du Tyrol, et les chips de betterave complètent cette liste culinaire. Le cuisinier Pierre Gagnaire rejoint le club des grands chefs du Petit Robert des noms propres (dans lequel figurent déjà Bocuse, Ducasse, Robuchon,...). Le Larousse, de son côté, accueille les "antipasti", la "bruschetta", le "café gourmand" et, Coupe du monde de foot oblige, la "cachaça", indispensable à la confection de la fameuse caïpirinha.

La bande dessinée, que l'on nomme comics si elle est américaine, se décline aussi sous la forme du roman graphique. Le super-héros fait son entrée dans Le Petit Robert, comme le cyborg de la science-fiction et le préquel qu'affectionnent le cinéma tandis que Le Petit Robert des noms propres accueille l'illustrateur Pef ainsi que les célèbres Alan Moore (auteur entre autres de Watchmen) et Roba (le père de Boule et Bill).

La littérature est, elle aussi, mise à l'honneur dans le nouveau millésime du Petit Robert des noms propres avec Dan Brown, Virginie Despentes, Yasmina Reza ou encore le Belge Jean-Philippe Toussaint. Côté design les frères Bouroullec sont acceptés dans le dico tout comme, dans la sphère fashion, la maison britannique au célèbre tartan Burberry.

Boloss, chialeux, s'évacher, troll, cyberattaque...

Les nouvelles technologies, sources régulières de néologismes, sont aussi présentes. Le Larousse introduit Google-iser ou google-er presque 10 ans après la création du moteur de recherche dont le monopole n'est plus à démontrer. Dans Le Larousse, on relève aussi tag, viralité, boguer et le concept d'obsolescence programmée fait son apparition. Cyberattaque, deux (2.0), fibré, G ("génération" dans 3G, 4G), gif et jpeg, hashtag (et sa recommandation officielle, mot-dièse), ou encore, droit à l'oubli numérique complètent la liste du Petit Robert tandis que le troll, est défini comme un "internaute qui cherche à créer la polémique sur un forum de discussion ou sur les réseaux." Le fondateur de Facebook, Mark Zukerberg, côté nom propre, fait lui aussi son apparition dans le dernier Larousse.

L'enseignement évolue aussi avec les nouvelles technologies, les cours sont désormais accessibles en ligne (mooc) et de nombreux établissements partagent des informations via un ENT ("espace numérique de travail").

La médecine et la science enrichissent la langue, avec des mots comme archées, cyanophycées, les termes d'anatomie fibula (pour péroné), ou les expressions courantes bon, mauvais cholestérol. Les virus nouvellement découverts, mégavirus, pandoravirus, rejoignent les récents virus géants (comme les mamavirus et mimivirus qui ont fait leur entrée dans Le Petit Robert il y a peu de temps). Le vortex polaire, responsable de la vague de froid qui s'est abattue sur l'Amérique du Nord, complète l'article consacré à ce phénomène tourbillonnaire. Des scientifiques tels que l'aéronaute et psychiatre Bertrand Piccard ou encore Ray Dolby, inventeur du Dolby Stereo, font leur entrée dans Le Petit Robert des noms propres.

Dans la sphère sportive, les séances d'abdos-fessiers, de pilates, les cours de zumba et les vétéistes acquièrent leurs lettres de noblesse. Des pratiques qui amènent à la zénitude, mot que Le Larousse approuve désormais avec l'adjectif zen.

Citons encore parmi ces nombreux néologismes qui rendent la langue française si riche et vivante, le terme boloss pour parler en argot des banlieues d'un imbécile ou plus familièrement d'un "blaireau" et chialeux au Canada pour un individu râleur. On peut aussi désormais se revendiquer écoresponsable. Dans Le Larousse, les mots tirés de l'écologie, comme biopétrole, marée verte et donc empreinte carbone font leur entrée en force.

On peut désormais taffer ou au contraire procrastiner en bonne et due forme. Les consommateurs de drogues de club ou de MDMA, cette drogue de synthèse aussi connue sous le nom d'ecstasy et qui a fait le succès de la série télévisée Breaking Bad pourront désormais triper, groover ou s'évacher au Canada (rester à ne rien faire) au soleil.

Enfin, signalons aussi que le vocabulaire propre à nos contrées belges n'est pas en reste non plus avec la joyeuse entrée de Philippe Ier, de l'écrivain Jean-Philippe Toussaint dans Le Petit Robert des noms propres et de Benoit Poelvoorde dans Le Larousse. Les molières, ces chaussures basses lacées connues sous le nom de Richelieu en France, et les nominettes, pour une bandelette de tissu fixée sur un vêtement au nom de son propriétaire s'ajoutent à la liste des nouveaux belgicismes.

Nos partenaires