Le Vanuatu reproche aux ONG un manque de coordination après le cyclone

19/03/15 à 07:14 - Mise à jour à 07:14

Source: Belga

Le gouvernement du Vanuatu a reproché aux organisations humanitaires mobilisées dans l'archipel, dévasté par un violent cyclone, un défaut de coordination qui a coûté un temps précieux aux secours et averti que la famine menaçait les habitants.

Le Vanuatu reproche aux ONG un manque de coordination après le cyclone

© Belga

Le vice-président de la Commission nationale des catastrophes, Benjamin Shing, a expliqué que l'archipel, l'un des pays les plus pauvres du monde, était reconnaissant pour l'aide apportée par les associations internationales. Mais, a-t-il dit, nombre d'ONG ont travaillé seules dans leur coin plutôt que de coopérer avec le gouvernement.

Le Vanuatu et ses 270.000 habitants ont été balayés vendredi par le cyclone Pam, une tempête de catégorie 5 sur 5, avec des rafales dépassant les 320 km/h. "Je m'excuse vraiment mais je dois dire ce qui est", a déclaré Benjamin Shing à la presse mercredi soir à Port-Vila, la capitale. "Dans la quasi-totalité des pays où ils se rendent, ils ont leur propre système opérationnel, leurs propres réseaux et ils refusent de se conformer aux directives gouvernementales", a-t-il accusé.

"Nous avons dû passer les trois premiers jours à tenter de mettre au point un système de coordination, un temps précieux qui aurait pu être consacré aux évaluations".

Les associations internationales font face à un casse-tête logistique pour desservir les îles les plus reculées de cet archipel qui en compte plus de 80. Les pistes d'atterrissage manquent, de même que les ports en eau profonde.

Le ministre de l'Agriculture David Tosul a averti que la nourriture ferait défaut dans moins d'une semaine, appelant à l'envoi de riz, de biscuits, de semences, de protéines en conserve ainsi que de moyens financiers.

En savoir plus sur:

Nos partenaires