Le suspect soupçonné d'appartenir à la "mouvance islamiste radicale"

22/08/15 à 13:56 - Mise à jour à 13:56

Source: Belga

L'homme armé interpellé vendredi à Arras après l'attaque du Thalys Amsterdam-Paris est soupçonné d'appartenir à la "mouvance islamiste radicale", a déclaré samedi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, soulignant toutefois que son identité devait encore être formellement établie.

Le suspect soupçonné d'appartenir à la "mouvance islamiste radicale"

© Reuters

"Il convient de rester prudent", mais "si l'identité qu'il déclare" est confirmée, il s'agit d'un ressortissant marocain de 26 ans, signalé par les autorités espagnoles aux services de renseignement français du fait de son appartenance à cette mouvance, a-t-il confirmé lors d'une déclaration à la presse. Les services français ont alors émis une fiche "S" le concernant, afin de le repérer s'il venait en France. Selon Bernard Cazeneuve, cet homme a résidé en 2014 en Espagne puis en 2015 en Belgique. C'est à Bruxelles que le tireur aurait embarqué à bord du Thalys, et le parquet fédéral belge a annoncé samedi l'ouverture d'une enquête sur la "base de la loi antiterrorisme".

Le ministre de l'Intérieur ajoute qu'"un voyageur français" est "intervenu en premier pour maîtriser l'agresseur", auteur présumé de l'attaque vendredi à bord d'un train Amsterdan-Paris. Il s'agit d'un "voyageur français" qui "voulant accéder aux toilettes de la voiture 12 s'est trouvé face à un individu porteur d'un fusil d'assaut kalachnikov en bandoulière", a raconté le ministre. Le voyageur "a tenté courageusement de le maîtriser avant que l'agresseur ne tire plusieurs coups de feu". Interviennent alors "deux passagers américains" qui "sont parvenus à maîtriser le tireur, à l'immobiliser au sol et à écarter son armement". "Dans la lutte, l'un des deux Américains a été blessé à coups de cutter, un des tirs atteignait un autre passager installé sur son siège, de nationalité franco-américaine", a poursuivi le ministre. Leur pronostic vital "n'est fort heureusement pas engagé".

Nos partenaires