Le safari à 30 000 euros de Juan Carlos qui choque l'Espagne

16/04/12 à 12:40 - Mise à jour à 12:40

Source: Le Vif

Blessé lors d'un séjour au Botswana, Juan Carlos se voit reprocher d'avoir participé à une partie de chasse à l'éléphant, autorisée dans ce pays à condition de payer 30 000 euros.

Le safari à 30 000 euros de Juan Carlos qui choque l'Espagne

© Copie d'Ecran du site El Mundo

L'accident du roi d'Espagne provoque la colère des Espagnols. Deux quotidiens espagnols, El Pais et El Mundo ont publié dimanche une ancienne photo du monarque posant, fusil à la main, devant un éléphant mort, reflet du malaise que son accident survenu au Botswana a réveillé dans le pays.

"L'évolution du patient est totalement satisfaisante", ont assuré dimanche les médecins s'occupant du roi Juan Carlos, 74 ans, qui s'est fracturé la hanche droite vendredi lors de son séjour au Botswana. Mais ces nouvelles positives ne parviennent pas à masquer le malaise que cet accident a réveillé en Espagne. Selon les médias, Juan Carlos s'était rendu au Botswana pour une partie de chasse à l'éléphant, autorisée dans ce pays à condition de payer entre 7.000 et 30.000 euros -la chasse dans ce pays qui compte plus de 130.000 éléphants y est en effet "régulée". Ce qui met d'ailleurs mal à l'aise l'ONG WWF Espagne dont le président d'honneur n'est autre que ... le roi Juan carlos.

Un voyage "irresponsable"

"D'après les éléments en notre connaissance, il s'agit d'un voyage irresponsable, réalisé au moment le plus inopportun", écrit l'éditorialiste du quotidien de centre droit El Mundo. "Le spectacle d'un monarque chassant les éléphants en Afrique alors que la crise économique dans notre pays provoque tant de problèmes pour les Espagnols" transmet "une image d'indifférence et de frivolité que le chef d'Etat ne devrait jamais donner", poursuit-il.

Pour le quotidien El Pais, trop d'opacité règne encore autour des voyages privés du chef de l'Etat à l'étranger, qui ne sont bien souvent pas "communiqués officiellement ni au gouvernement, ni au Parlement, ni à l'opinion publique".

La Maison royale n'a pas confirmé l'objet du voyage du monarque, indiquant qu'il s'agissait d'un déplacement privé. Le journal conservateur et monarchiste ABC défend, lui, le "droit à l'intimité" du roi, jugeant "lamentable" que certains "profitent de l'accident souffert par le roi Juan Carlos" pour critiquer "la monarchie parlementaire", "ignorant ainsi son rôle déterminant dans le fonctionnement de notre système démocratique.

Un roi vieillisant

Le journal dédie cependant un dossier de douze pages à la famille royale intitulé "L'année la plus amère", qui rappelle ses déboires récent, notamment la convocation en février du gendre du roi et époux de l'infante Cristina, Inaki Urdangarin, devant un juge qui enquête sur une affaire de corruption.

Cette semaine, le petit-fils âiné du roi, Felipe Juan Froilan Marichalar Bourbon, 13 ans, s'est blessé accidentellement au pied droit alors qu'il s'entraînait au tir, une pratique interdite pour les moins de 14 ans en Espagne.

Ces accidents à répétition soulignent les problèmes de santé d'un roi vieillissant et placent les Espagnols face à l'horizon de plus en plus proche du passage de pouvoir au prince héritier, Felipe.

Levif.be avec L'Express.fr

En savoir plus sur:

Nos partenaires