"Le repli territorial de Daech ne signifie pas nécessairement une perte d'influence idéologique"

07/09/16 à 07:30 - Mise à jour à 16:33

Source: Le Vif/l'express

Pour Didier Leroy, chercheur à l'Ecole royale militaire et à l'ULB, Daech, même s'il a perdu des territoires, a pu consolider son emprise sur des populations animées par une haine croissante des ennemis qui les bombardent.

Les développements de la situation militaire en Syrie et en Irak constituent-ils un tournant ?

Oui. Avec l'intervention russe, le régime de Damas a retrouvé un troisième souffle, le deuxième ayant été fourni par le Hezbollah libanais. Depuis, l'Etat islamique a été soumis à davantage de résistance dans sa conquête initialement fulgurante. La récente opération de la Turquie en territoire syrien est le début d'un nouveau chapitre, même s'il est plus dommageable aux Kurdes qu'à Daech. L'Etat islamique est donc de plus en plus étouffé économiquement, de plus en plus pilonné militairement sans capacité, dans son arsenal, de riposter. Mais un repli territori...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires