Le régime syrien ne fera "aucune concession" dans les négociations à Genève

31/01/14 à 14:58 - Mise à jour à 14:58

Source: Le Vif

Le régime syrien ne fera "aucune concession" dans les négociations qui se déroulent à Genève avec l'opposition sous l'égide de l'ONU, a prévenu vendredi le ministre syrien de l'Information, Omrane al-Zohbi, au dernier jour du premier round de pourparlers.

Le régime syrien ne fera "aucune concession" dans les négociations à Genève

© Reuters

"Dans les prochains jours, il y aura un nouveau round en principe, mais ni dans ce round, ni dans le prochain, ils (les adversaires du régime) ne pourront obtenir de la délégation syrienne aucune concession", a lancé le ministre qui s'adressait à des manifestants pro-régime rassemblés devant le siège de l'ONU à Genève.

"Israël n'a pu obtenir aucune concession (du régime) pendant un demi-siècle, le terrorisme n'a pu obtenir aucune concession au cours des trois dernières années, la Turquie, le Qatar, l'Arabie Saoudite, la Jordanie et les comploteurs au Liban n'ont pu obtenir aucune concession par la force", a ajouté le ministre.

"Ils n'obtiendront pas par la politique ce qu'ils n'ont pu obtenir par la force", a-t-il martelé sous les applaudissements de la foule.
Le ministre syrien faisait référence aux pays et parties appuyant la rébellion armée qui tente depuis près de trois ans de renverser le régime de Bachar al-Assad.

Il fait partie de la délégation gouvernementale qui quittera vendredi Genève après une semaine de pourparlers avec la Coalition de l'opposition, par le truchement du médiateur des Nations unies Lakhdar Brahimi.

M. Brahimi a répété à plusieurs reprises qu'il n'y avait pas eu de réelle percée dans les discussions entre les deux camps, qualifiant vendredi la conférence de Genève II de "début très modeste, mais c'est un début".

"C'est un début sur lequel on peut construire", a-t-il tout de même ajouté. Les négociations syriennes reprendront "en principe" le 10 février, a indiqué le médiateur. La délégation du régime a précisé qu'elle devait d'abord consulter Damas pour confirmer cette date.

Nos partenaires