Le président Rohani a envoyé une lettre aux dirigeants des pays membres du groupe 5+1

26/03/15 à 21:46 - Mise à jour à 21:46

Source: Belga

Le président iranien Hassan Rohani a envoyé une lettre aux dirigeants des grandes puissances, dont l'Américain Barak Obama, alors que des négociations intenses ont repris à Lausanne pour tenter de trouver un accord d'ici fin mars, a rapporté jeudi le site de la présidence iranienne.

Le président Rohani a envoyé une lettre aux dirigeants des pays membres du groupe 5+1

© BELGA

"Le président de la République a envoyé une lettre aux chefs des pays membres du groupe 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) à propos de la question nucléaire et les derniers développements dans les négociations", a rapporté le site. "Je peux confirmer qu'une lettre du président Rohani au président Obama a été transmise à la délégation américaine à Lausane", a déclaré une porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain.

MM. Rohani et Obama se sont parlé au téléphone une seule fois fin 2013 en marge de l'Assemblée générale des Nations unies alors que les deux pays n'ont toujours pas rétabli leurs relations diplomatiques, rompues depuis 35 ans. Les deux présidents ont également eu un échange de lettres en 2013.

Le président Obama a en outre envoyé quatre lettres au guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, qui a le dernier mot sur les grandes questions politiques du pays, notamment le dossier nucléaire, selon les médias.

M. Obama a notamment envoyé une lettre fin 2014 à propos des menaces du groupe Etat islamique, après l'offensive des djihadistes en Irak qui leur a permis de s'emparer de vastes régions dans ce pays. Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a confirmé lors d'une récente interview à un mensuel iranien, le dernier échange de lettres en affirmant que le ton avait été "très poli" mais également "direct" en ce qui concerne la réponse du guide suprême.

Le président iranien Hassan Rohani a également appelé ses homologues français, russe et chinois ainsi que le Premier ministre britannique insistant sur une "levée totale des sanctions (...) principal élément des négociations pour avancer vers un règlement définitif", selon le site de la présidence et les médias iraniens.

Nos partenaires