Le président ougandais : les gays sont "malades" mais ne méritent pas la prison

17/01/14 à 15:28 - Mise à jour à 15:28

Source: Le Vif

Le président ougandais Yoweri Museveni estime que les homosexuels sont "malades" mais qu'ils ne doivent pas être tués ou emprisonnés à vie, a affirmé vendredi son porte-parole, confirmant qu'il avait refusé de promulguer un législation durcissant la répression de l'homosexualité.

Le président ougandais : les gays sont "malades" mais ne méritent pas la prison

© Image Globe

Le président "n'approuve pas l'homosexualité, mais il pense que ces personnes ont le droit d'exister", a déclaré à l'AFP Tamale Mirudi. M. Mirudi a confirmé l'information de presse selon laquelle le président ougandais avait refusé de signer un projet de loi, adopté le 20 décembre 1973 à une majorité écrasante du Parlement, durcissant la répression de l'homosexualité, et prévoyant la prison à vie pour les récidivistes.

Les homosexuels sont "malades, vous ne pouvez tuer une personne malade. Les personnes reconnues coupables de pratiques homosexuelles ne peuvent être emprisonnées à vie", a ajouté le président, selon M. Mirudi. Il a assuré que M. Museveni n'avait pas reculé devant les pressions internationales lui demandant de ne pas promulguer le texte. "Ce n'est pas à cause d'un lobby. Personne n'a influencé le président", a-t-il dit également.

Branson appelle au boycott de l'Ouganda

Le milliardaire britannique Richard Branson appelle entreprises et touristes à boycotter l'Ouganda après l'adoption par le Parlement ougandais d'une loi punissant de façon draconienne l'homosexualité. Dans un message publié sur son site internet lundi, l'homme d'affaires déplore une "chasse aux sorcières affreuse contre la communauté homosexuelle". Soutenir dès lors "ce pays serait contraire à ma conscience", ajoute-t-il.

"Je recommande aux entreprises à travers le monde de faire la même chose. L'Ouganda doit revenir sur ses positions sous peine d'être ostracisé par les entreprises et touristes du monde entier", écrit encore le fondateur de Virgin.

Le parlement ougandais a adopté vendredi un texte punissant de la prison à perpétuité quiconque serait surpris pour une seconde fois au cours d'un acte homosexuel. La nouvelle loi, qui a suscité de vives réactions, notamment de l'Union européenne et des organisations de défense des droits de l'Homme, doit maintenant être soumise au président Yoweri Museveni.

Nos partenaires