Le président Abbas prône un retrait israélien en 3 ans maximum

28/01/14 à 22:00 - Mise à jour à 22:00

Source: Le Vif

Le président palestinien Mahmoud Abbas a affirmé qu'un retrait israélien devrait intervenir dans les trois ans suivant un accord de paix, selon des déclarations diffusées mardi.

Le président Abbas prône un retrait israélien en 3 ans maximum

© Reuters

"Ceux qui proposent un délai de 10 à 15 ans (avant un retrait) ne veulent pas, en réalité, de ce retrait", a déclaré le président palestinien, dans une interview accordée à l'Institut pour les études sur la sécurité nationale (INSS) et retransmise lors de la conférence annuelle de l'INSS à Tel-Aviv.

"Nous disons, que dans un délai raisonnable, n'excédant pas trois ans, Israël peut procéder à un retrait graduel", a-t-il précisé. Les médias ont fait état de propositions américaines de maintien de forces israéliennes aux frontières entre la Cisjordanie, censée former la majeure partie d'un futur Etat palestinien, et la Jordanie pendant 10 ou 15 ans après la signature d'un traité de paix.

"Nous ne voyons pas de problème à la présence d'une force tierce pendant et après le retrait pour rassurer Israël et pour s'assurer que le processus est mené jusqu'au bout", a ajouté M. Abbas, estimant que "l'OTAN serait l'acteur approprié pour mener cette mission".

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu exige qu'un Etat palestinien soit démilitarisé et qu'Israël puisse y garder à long terme des troupes dans la vallée du Jourdain, rejetant le déploiement d'une force internationale. "Un accord permettrait à Israël d'être reconnu par 57 pays musulmans, une reconnaissance, claire, nette et sans ambiguïté entre ces pays et Israël", a plaidé le président palestinien, en allusion à l'initiative de paix de la Ligue arabe, lancée en 2002.

"J'espère que le peuple israélien comprend ce que cela ferait d'être dans un océan de paix, de la Mauritanie à l'Indonésie, plutôt que d'être sur une île de paix, comme c'est le cas actuellement", a-t-il ajouté. M. Abbas a conclu en disant qu'il serait "heureux" de rencontrer M. Netanyahu en personne, dans le cadre d'une visite réciproque aux Parlements israélien et palestinien.

Nos partenaires