Le Premier ministre israélien Netanyahu dénonce le discours "biaisé" de Kerry contre Israël

28/12/16 à 20:14 - Mise à jour à 21:59

Source: Belga

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a dénoncé mercredi le "discours biaisé" contre Israël prononcé par le secrétaire d'Etat américain John Kerry en l'accusant d'être "obsédé" par la question des colonies israéliennes.

Le Premier ministre israélien Netanyahu dénonce le discours "biaisé" de Kerry contre Israël

Le premier ministre israélien le 25 décembre 2016 © Reuters

"Comme la résolution du Conseil de sécurité que le secrétaire d'Etat a fait avancer à l'ONU, son discours de ce soir était biaisé contre Israël", a déclaré M. Netanyahu cité dans un communiqué de son bureau.

"Pendant plus d'une heure, il a traité de manière obsessionnelle des colonies et a à peine évoqué la racine du conflit à savoir l'opposition palestinienne à un Etat juif et ce quelles que soient ses frontières", a ajouté le Premier ministre. Lors d'une allocution télévisée, M. Netanyahu a accusé le secrétaire d'Etat d'être "davantage préoccupé par les colonies plutôt que par le terrorisme". Il a accusé le chef de la diplomatie américaine de dénoncer "du bout des lèvres le terrorisme". "Nous n'avons pas à recevoir de leçons de la part de dirigeants étrangers", a également souligné le Premier ministre. "Le Moyen-Orient s'enflamme, le terrorisme sévit et John Kerry critique la seule démocratie de la région", a déploré Benjamin Netanyahu en exprimant l'espoir que l'administration dirigée par Barack Obama "ne provoquera pas de dégâts supplémentaires à l'ONU".

Auparavant, John Kerry avait défendu à nouveau mercredi la solution à deux Etats, israélien et palestinien, "seule voie possible" vers la paix entre les deux peuples. Il a toutefois estimé que cette solution se trouve en "grand danger", du fait notamment de la politique de colonisation menée par le gouvernement de M. Netanyahu en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, deux territoires palestiniens occupés par Israël depuis 1967. Cette occupation est considérée comme illégale par la communauté internationale. Les relations sont au plus bas entre Israël et son proche allié américain, les Etats-Unis présidés par Barack Obama n'ayant pas mis leur veto vendredi à une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU condamnant les colonies israéliennes. Ces implantations en territoires occupés sont vues comme le principal obstacle à la paix car elles empiètent sur le territoire d'un futur Etat palestinien. Cité par la radio publique, le chef de l'opposition de gauche travailliste Isaac Herzog a affirmé que le discours de John Kerry "exprime une réelle inquiétude pour la sécurité et l'avenir d'Israël". Zehava Galon, députée du Meretz, un autre parti de gauche, a pour sa part assimilé la politique de colonisation du gouvernement israélien "à un engin explosif qui ne peut que saboter tout accord sur une solution à deux Etats" israélien et palestinien.

Dans un communiqué, la Paix Maintenant, une ONG israélienne opposée à la colonisation, a en revanche appelé Benjamin Netanyahu à adopter les "paramètres" des propositions présentées par John Kerry pour parvenir à la paix. "Netanyahu doit adopter aujourd'hui les paramètres présentés par Kerry au lieu de céder aux forces les plus extrémistes de sa coalition, il doit geler l'expansion de la colonisation, annuler la loi légalisant les colonies construites sur des terres privées palestiniennes", a souligné la Paix Maintenant. L'ONG faisait ainsi allusion à un projet de loi légalisant 4.000 logements dans des colonies israéliennes construites en Cisjordanie sur des terres privées palestiniennes qui est en cours d'adoption au Parlement. La Paix Maintenant a également précisé que depuis le début de l'administration de Barack Obama en 2009, 12.537 logements ont été mis en chantier en Cisjordanie occupée et 15.206 appels d'offres pour la construction de logements en Cisjordanie et à Jérusalem-est annexée ont été émis.

Nos partenaires