Le pouvoir syrien pilonne à nouveau Homs

17/06/12 à 12:29 - Mise à jour à 12:29

Source: Le Vif

La ville rebelle de Homs a été de nouveau pilonnée par l'armée samedi, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. Un siège "étouffant", pour un militant sur place.

Le pouvoir syrien pilonne à nouveau Homs

© Image Globe

L'armée syrienne a repris samedi son pilonnage violent du bastion rebelle de Homs qu'elle assiège, ont indiqué des militants sur place en disant manquer de nourriture et d'eau et craindre "un massacre" en cas d'assaut des troupes. Un civil est mort dans le pilonnage du quartier de Khaldiyé à Homs et trois autres ont péri sous les tirs des forces du régime de Bachar al-Assad dans d'autres localités du pays, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).


"Les forces gouvernementales poursuivent depuis quatre à cinq jours le pilonnage de Homs, dans une tentative de prendre le contrôle de plusieurs quartiers", a précisé l'OSDH, en se basant sur des témoignages de militants sur place.


"Le pilonnage n'a pas cessé et le siège de la ville nous étouffe : nous manquons de nourriture, d'eau et de médicaments", a affirmé Abou Bilal, un militant sur place, avertissant que, si les troupes entrent dans les quartiers encerclés, "elles massacreront toutes les personnes s'y trouvant".


Les forces du régime pilonnaient également Talbissé et Rastane, autres localités de la province de Homs qui sont hors du contrôle du régime depuis des mois, a précisé l'ONG. Dans la province d'Alep (nord), un civil a péri à l'aube dans les bombardements de la localité d'Abine que les forces gouvernementales tentent de contrôler, selon l'OSDH.


Dans la province de Damas, à la pointe de la rébellion contre le régime, des combats violents se sont déroulés entre insurgés et soldats dans la localité de Mleiha, a poursuivi l'OSDH. Un civil a péri sous les tirs des forces de sécurité à Misraba dans la même province. Enfin, un civil a été tué par un tireur embusqué près du village al-Tamaané, dans la province d'Idleb (nord-ouest), selon l'ONG.


LeVif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires