Le porte-parole de la RDC exaspéré par l'attitude de la classe politique belge

13/07/10 à 17:57 - Mise à jour à 17:57

Source: Le Vif

Les relations "de colonisateur à colonisé, c'est terminé! ", a déclaré mardi le porte-parole du gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) à l'adresse des hommes politiques belges, dont le Premier ministre Yves Leterme, après des polémiques autour du voyage récent du roi Albert II à Kinshasa.

Le porte-parole de la RDC exaspéré par l'attitude de la classe politique belge

© Epa

Deux semaines après la visite au Congo du couple royal pour le cinquantenaire de l'indépendance de l'ex-colonie belge, le ministre de la Communication, Lambert Mende Omalanga, a qualifié d'"inadmissible" "l'attitude de la classe politique belge à considérer les problèmes congolais comme des affaires intérieures de leur pays".

"Débat surréaliste" sur "l'opportunité" pour le roi de répondre à l'invitation du président Joseph Kabila, "très bizarre affaire d'une invitation purement imaginaire de militaires belges à défiler à Kinshasa", "délectation chez les uns" après l'annonce que le roi ne ferait aucun discours, "acrimonie chez les autres" car il aurait "dû admonester le 'mauvais élève' congolais", a énuméré le ministre lors d'une conférence de presse largement consacrée à la "campagne menée en Belgique.

M. Mende a aussi dénoncé le "persiflage" du Premier ministre belge Yves Leterme, venu à Kinshasa avec Albert II, la reine Paola et qui avait critiqué l'argent dépensé pour l'impressionnant défilé de l'armée congolaise le 30 juin, au regard de la "misère" des Congolais.

"Comme si plus aucune misère n'existait dans son propre pays avant qu'il (M. Leterme) n'embarque dans un vol spécial Bruxelles-Kinshasa et retour, dont le coût est tout sauf bon marché", a ironisé M. Mende.

Au sujet de la dernière polémique sur les diamants offerts à la reine Paola par l'épouse du président Kabila, Olive Lembe Di Sita, le ministre, qui a confirmé ce "cadeau privé", a évoqué "une campagne de décrédibilisassions des institutions congolaises". "Il faut démontrer que c'est une république bananière, ou rien ne se passe selon les normes, où l'on passe le temps à gaver les visiteurs de cadeaux, de diamants de sang, de diamants trafiqués", a-t-il ironisé.

"Il n'y a pas de crise (entre la RDC et la Belgique), il y a une mise en garde, une manifestation d'un ras-le-bol. Nous voulons d'autres types de relations (...) Les relations de colonisateur à colonisé c'est terminé (...) Nous sommes partenaires, nous voulons être traités avec le respect que l'on doit à un partenaire, même lorsqu'on veut lui dire quelque chose", a-t-il conclu.

"Nous avons été extrêmement déçus par cette campagne", a par la suite ajouté M. Mende, interrogé par l'agence Belga depuis Bruxelles."Nous n'avons pas compris que cette invitation (adressée au souverain belge par M. Kabila) puisse donner lieu à cette avalanche de propos désobligeants" de la part de la classe politique, tant les gens au pouvoir que de l'opposition et dans les médias, a poursuivi le ministre.

Il s'est aussi étonné que l'on ait accusé un chef d'Etat (M. Kabila) de "trafic de diamants du sang", dans une allusion à la polémique née de la révélation du cadeau de Mme Kabila - un collier, un bracelet et des boucles d'oreilles - à la reine Paola par le journal 'La Dernière Heure' mardi dernier.

Levif.be avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires