Le point sur l'idylle entre l'ado britannique et son prof

29/09/12 à 13:59 - Mise à jour à 13:59

Source: Le Vif

Megan Stammers, 15 ans, et son professeur de maths de 30 ans, en fuite, ont été retrouvés vendredi dans une rue commerçante de Bordeaux. Elle a été rapatriée ce samedi, il est en prison. Le point sur l'affaire.

Le point sur l'idylle entre l'ado britannique et son prof

© AFP

La lycéenne anglaise de 15 ans, qui s'était enfuie avec un professeur de son collège, a quitté la France ce samedi après-midi à bord d'un vol à destination de Londres, a constaté une journaliste de l'AFP. Megan Stammers a embarqué vers 15H15, encadrée par un homme et une femme, sur un vol de la compagnie Easyjet au départ de l'aéroport de Bordeaux-Mérignac, en provenance de Londres-Gatwick.

L'avion a décollé à 15H26 en présence de nombreux médias, contenus à plus d'une centaine de mètres de l'appareil, et la présence de la mineure à son bord n'a été confirmée par une source proche du dossier que près d'une demi-heure plus tard. Selon un porte-parole de la police du Sussex, à son retour Megan va "être entendue par la police".

Jeremy et Megan avaient disparu depuis le 20 septembre. La police a retrouvé ce vendredi à Bordeaux l'ado britannique et son prof de maths, un trentenaire marié sur lequel pesait un mandat d'arrêt européen.

La fugue

Megan Stammers et son professeur Jeremy Forrest, 30 ans, auraient quitté le Sussex le 20 septembre à bord de la voiture de Forrest, une Ford Fiesta noire.

Le couple avait pris le bateau à Douvres (sud de l'Angleterre) pour traverser la Manche jusqu'à Calais (Pas-de-Calais). Des vidéos prises sur le ferry par des caméras de surveillance montraient l'adolescente et l'enseignant, main dans la main.

Le mobile

Selon la presse britannique, l'enseignant, qui est marié et qui joue de la musique, aurait écrit il y a quelques mois sur un blog, rédigé sous son nom de scène : "je suis accroc à toi comme à de l'héroïne", en évoquant son "dilemme moral".

"Comment devons-nous, comment devrions-nous, définir ce qui est bien ou mal, acceptable ou inacceptable'" aurait-il ajouté.

Où ont-ils été retrouvés ?

"On a retrouvé le couple sur la voie publique dans le centre de Bordeaux", ont indiqué les policiers. Les deux Britanniques ont été interpellés par la police sur la plus grande artère commerçante du centre-ville, la rue Sainte-Catherine, alors qu'ils se rendaient à un rendez-vous, un entretien pour un travail, selon une autre source policière. Jeremy faisait l'objet d'un MAE émis par les autorités britanniques, pour enlèvement d'enfant.

Que va-t-il leur arriver ?

Vendredi soir, la jeune fille était prise en charge par le consulat du Royaume-Uni à Bordeaux, et l'unité de protection de l'enfance de la police du Sussex, et se trouvait "en lieu sûr", avant son rapatriement ce samedi en Angleterre, selon une source proche de l'enquête. La police assure que Megan est "en bonne santé".

On a vu Jeremy, le professeur, quitter l'hôtel de police un peu avant 18H00 dans une voiture de police banalisée, caché par des policiers, avec une escorte de deux autres voitures de police. Il a été écroué jusqu'à son extradition, assure son avocat.

Un témoin a indiqué à l'AFP l'avoir vu passer vers 20h00 dans les couloirs de la cour d'appel, sans menottes mais encadré de plusieurs policiers en civil, et "faisant grise mine". Un autre témoin a indiqué qu'il avait "quitté le palais de justice" aux environs de la même heure. Il devait selon toute probabilité être incarcéré en attendant l'examen au fond du MAE mardi par la chambre de l'instruction de la Cour d'appel, en audience publique à 11h30.

Selon la chaîne de télévision britannique ITV News, l'enseignant devait être suspendu.

Le rôle des médias et de la police

Leur découverte "est le résultat direct de la couverture médiatique (faite sur cette affaire) en France", assurent les autorités britanniques.

Le beau-père de la jeune fille s'est déclaré "aux anges" qu'elle ait été retrouvée saine et sauve, "sur un petit nuage".

Il a remercié la police britannique pour son travail "incroyable", mais aussi la police française, "quoi qu'aient pu dire les médias" britanniques.

Levif.be, avec Lexpress.fr

En savoir plus sur:

Nos partenaires