Le parti de Merkel veut faire de Tunisie, Maroc et Algérie des pays "sûrs"

18/01/16 à 17:52 - Mise à jour à 17:52

Source: Belga

Le parti conservateur CDU de la chancelière allemande Angela Merkel a annoncé lundi vouloir classer la Tunisie, le Maroc et l'Algérie "pays d'origine sûrs" pour permettre un examen accéléré des demandes d'asile et faciliter les expulsions.

Le parti de Merkel veut faire de Tunisie, Maroc et Algérie des pays "sûrs"

© AFP

"Nous nous attendons à ce que le SPD (sociaux-démocrates, alliés à la CDU au sein du gouvernement ndlr) soutienne la décision que nous avons prise de faire en sorte que le Maroc, l'Algérie et la Tunisie soient déclarés pays d'origine sûrs", a déclaré à la presse le secrétaire général de la CDU, Peter Tauber. "Il est crucial que ce soit mis en oeuvre rapidement", a-t-il ajouté.

Être classé "pays d'origine sûr" limite drastiquement les cas dans lesquels un ressortissant d'un tel Etat peut voir sa demande d'asile accepté. Berlin espère ainsi juguler le nombre de migrants venus d'Afrique du Nord et qui a considérablement augmenté ces derniers mois.

A l'automne, l'Allemagne avait déjà classé pays sûrs l'Albanie, le Monténégro et le Kosovo, alors que des dizaines de milliers de demandeurs d'asiles venaient de ces Etats-là. Le nombre a depuis chuté, notamment aussi grâce à des campagnes médiatiques dans ces pays pour expliquer que les chances d'obtenir un titre de séjour en Allemagne étaient minimes.

La classe politique allemande a multiplié les appels pour accélérer les expulsions de ressortissants des pays du Maghreb ces dernières semaines notamment après qu'une large part des suspects des agressions du Nouvel An à Cologne se sont avérés être des Algériens et des Marocains, selon la police.

Ces évènements ont aussi coïncidé avec une hausse des demandes d'asile déposées par les ressortissants de ces pays : en juin 847 Algériens et 368 Marocains avaient lancé la procédure, pour le seul mois de décembre, ils étaient respectivement 2.296 et 2.896.

Parallèlement, Berlin a appelé les pays du Maghreb à cesser de freiner la réadmission de leurs citoyens que Berlin veut expulser.

En savoir plus sur:

Nos partenaires