Le pape canonise deux Palestiniennes, et qualifie Mahmoud Abbas "d'ange de paix"

16/05/15 à 16:30 - Mise à jour à 17/05/15 à 12:35

Source: Belga

Le président palestinien Mahmoud Abbas a été qualifié par le pape d'"ange de paix" lors d'une rencontre entre les deux hommes samedi au Vatican, à la veille de la canonisation de deux religieuses palestiniennes, a rapporté un journaliste de l'AFP.

Le pape canonise deux Palestiniennes, et qualifie Mahmoud Abbas "d'ange de paix"

Mahmoud Abbas et le pape François, au Vatican. © AFP/Alberto Pizzoli

L'audience privée, durant laquelle Mahmoud Abbas et le pape François ont échangé des cadeaux dans une atmosphère chaleureuse, a duré une vingtaine de minutes.

Un accord, portant sur les droits de l'Eglise catholique dans les territoires, en négociations depuis 15 ans, doit être signé prochainement entre le Vatican et "l'Etat de Palestine", avait annoncé mercredi le Saint-Siège.

Dimanche matin, quatre religieuses, dont deux Palestiniennes, canonisées

Le pape François a déclaré "saintes" dimanche matin quatre religieuses ayant vécu au XIXe siècle, deux Palestiniennes, une Française et une Italienne, en engageant la foule à suivre leur "exemple lumineux".

Mariam Bawardi (1846-1878), Marie-Alphonsine Ghattas (1843-1927), Jeanne-Emilie de Villeneuve (1811-1854) et Maria Cristina dell'Immacolata (1856-1906), ont été canonisées au cours d'une messe en plein air place Saint-Pierre.

Devant une foule nombreuse, et sous un beau soleil, le pape François a exalté les parcours des quatre religieuses, "modèles de sainteté, que l'Eglise nous invite à imiter" et dont les portraits ornaient la façade de la basilique. "Demeurer en Dieu et son amour, pour annoncer avec les paroles et avec la vie la résurrection de Jésus, en témoignant l'unité entre nous et l'amour envers tous: c'est ce qu'ont fait les quatre saintes proclamées aujourd'hui", a-t-il affirmé.

Dans son homélie, le pontife a évoqué les personnalités de chacune des femmes, en présence notamment du président palestinien Mahmoud Abbas et du ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

En savoir plus sur:

Nos partenaires