Le nombre d'enfants-soldats a doublé en Centrafrique

22/11/13 à 15:05 - Mise à jour à 15:05

Source: Le Vif

Près de 6000 enfants ont été enrôlés dans des milices en République centrafricaine. Ce chiffre a doublé depuis le mois de mars. Le pays est dévasté par une guerre civile.

Le nombre d'enfants-soldats a doublé en Centrafrique

© Reuters

Les enfants-soldats sont toujours plus nombreux en Centrafrique. Près de 6000 enfants ont été enrôlés dans des milices combattant en République centrafricaine, a déclaré vendredi à Genève, un haut-responsable de l'ONU. Il a dénoncé la spirale de la violence dans ce pays.

"Grosso modo, on parle aujourd'hui de 5000 à 6000 enfants, ce qui représente un quasi-doublement de notre estimation précédente", qui était de 3500 enfants, a déclaré Souleymane Diabate, représentant de l'Unicef en République centrafricaine. L'agence des Nations Unies pour l'enfance a dénoncé régulièrement l'enrôlement des enfants dans les rangs des groupes armés de ce pays dévasté par la guerre civile.

La moitié de la population est mineure

La Centrafrique s'enfonce dans le chaos depuis un coup d'Etat en mars dernier, mené par la coalition rebelle de la Séléka, issue de la minorité musulmane, qui a renversé le président au pouvoir François Bozizé. Un leader de la Séléka, Michel Djotodia, s'est auto-proclamé président et a accepté d'organiser des élections l'année prochaine.

Le pays vit désormais au rythme d'affrontements entre les deux communautés religieuses, entre groupes "d'auto-défense" et ex-rebelles de la Séléka, en sus d'une forte poussée du banditisme à Bangui.

"La situation que nous vivons en République centrafricaine aujourd'hui est très, très grave", a déclaré le représentant de l'Unicef, en lançant un appel à la mobilisation de la communauté internationle, pour qu'elle enraye cette situation. Selon Souleymane Diabate, quelque 4,6 millions de personnes sont affectées par la crise.

"La moitié de la population a moins de 18 ans. Avant la crise, la situation n'était déjà pas bonne, et maintenant c'est encore pire", a-t-il dit.



Nos partenaires